Ma Photo


  • View Danielle Attias's profile on LinkedIn

Sur les médias

Liens amis


Annuaires de blogs


Blog powered by Typepad

« Meet-up DSK, médias mainstream et alternatifs | Accueil | Cuvée Stratégies 2006 »



I disagree totally with Lisa Goldman or even Danielle Attias and I will explain the reasons of my disagreement.Their comments are , in my opinion , naive and do no reflect the complexity of the situation

1)The Internet is widely used by hate groups and terrorists all around the world.Hezbollah and Al Qaida are well know for using the Internet.The Internet is used by Holocaust deniers , racists or antisemitic people.

2)If you read the talbacks or the blogs everywhere, you will agree with me that hate is very present.

3)This conflict is a confl;ict between the Western World (which includes Israel) and extreme Islamism or extremism led by Hezbollah/Hamas/Syria/Iran.

4)Israel is one of the most advanced country in the world.No one is taking pleasure in Israel in a war.Israel must defend itselfin that case.Internet penetration in Israel is one of the highest in the world(higher than in the US) and Israel is widely considered to be the second most important high tech powerhouse after the US.Lebanon , while being in some circles , much more liberal than most Arab countries is a third world country.


Israel is an Amazing Little Country
The Middle East has been growing date palms for centuries. The average tree is about 18-20 feet tall and yields about 38 pounds of dates a year. Israeli date trees are now yielding 400 pounds/year and are short enough to be harvested from the ground or a short ladder.

Israel the 100th smallest country, with less than 1/1000th of the world's population, can lay claim to the following:

• The cell phone was developed in Israel by Israelis working in the Israeli branch of Motorola, which has its largest development centre in Israel .


• Most of the Windows NT and XP operating systems were developed by Microsoft-Israel.


• The Pentium MMX Chip technology was designed in Israel at Intel.


• Both the Pentium-4 microprocessor and the Centrino processor were entirely designed, developed and produced in Israel . The Pentium microprocessor in your computer was most likely made in Israel .


• Voice mail technology was developed in Israel. Both Microsoft and Cisco built their only R&D facilities outside the US in Israel .


• The technology for the AOL Instant Messenger ICQ was developed in 1996 by four young Israelis.


• Israel has the fourth largest air force in the world (after the U.S. Russia and China). In addition to a large variety of other aircraft, Israel's air force has an aerial arsenal of over 250 F-16's. This is the largest fleet of F-16 aircraft outside of the U. S.


• Israel's $100 billion economy is larger than all of its immediate neighbours combined.


• Israel has the highest percentage in the world of home computers per capita.


• According to industry officials, Israel designed the airline industry's most impenetrable flight security. US officials now look (finally) to Israel for advice on how to handle airborne security threats.


• Israel has the highest ratio of university degrees to the population in the world. Israel produces more scientific papers per capita than any other nation by a large margin - 109 per 10,000 people -- as well as one of the highest per capita rates of patents filed.


• In proportion to its population, Israel has the largest number of start-up companies in the world. In absolute terms, Israel has the largest number of start-up companies than any other country in the world, except the U.S. (3,500 companies mostly in hi-tech).


• With more than 3,000 high-tech companies and start-ups, Israel has the highest concentration of hi-tech companies in the world -- apart from the Silicon Valley , U.S.


• Israel is ranked #2 in the world for venture capital funds right behind the U.S.


• Outside the United States and Canada, Israel has the largest number of NASDAQ listed companies.


• Israel has the highest average living standards in the Middle East. The per capita income in 2000 was over $17,500, exceeding that of the UK.


• On a per capita basis, Israel has the largest number of biotech start-ups.


• Twenty-four % of Israel's workforce holds university degrees, ranking third in the industrialized world, after the United States and Holland and 12 % hold advanced degrees.


• Israel is the only liberal democracy in the Middle East .


• In 1984 and 1991, Israel airlifted a total of 22,000 Ethiopian Jews (Operation Solomon) at Risk in Ethiopia, to safety in Israel .


• When Golda Meir was elected Prime Minister of Israel in 1969, she became the world's second elected female leader in modern times.


• When the U.S. Embassy in Nairobi, Kenya was bombed in 1998, Israeli rescue teams were on the scene within a day -- and saved three victims from the rubble.


• Israel has the third highest rate of entrepreneurship -- and the highest rate among women and among people over 55 - in the world.


• Relative to its population, Israel is the largest immigrant-absorbing nation on earth. Immigrants come in search of democracy, religious freedom, and economic opportunity. (Hundreds of thousands from the former Soviet Union)


• Israel was the first nation in the world to adopt the Kimberly process, an international standard that certifies diamonds as "conflict free."


• Israel has the world's second highest per capita of new books.


• Israel is the only country in the world that entered the 21st century with a net gain in its number of trees, made more remarkable because this was achieved in an area considered mainly desert.


• Israel has more museums per capita than any other country.


• Medicine... Israeli scientists developed the first fully computerized, no-radiation, diagnostic instrumentation for breast cancer.


• An Israeli company developed a computerized system for ensuring proper administration of medications, thus removing human error from medical treatment. Every year in U. S. hospitals 7,000 patients die from treatment mistakes.


• Israel's Given Imaging developed the first ingestible video camera, so small it fits inside a pill --used to view the small intestine from the inside for cancer and digestive disorders.


• Researchers in Israel developed a new device that directly helps the heart pump blood, an innovation with the potential to save lives among those with heart failure. The new device is synchronized with the camera helps doctors diagnose the heart's mechanical operations through a sophisticated system of sensors.


• Israel leads the world in the number of scientists and technicians in the workforce, with 145 per 10,000, as opposed to 85 in the U. S., over 70 in Japan, and less than 60 in Germany --with over 25% of its work force employed in technical professions. Israel places first in this category as well.


• A new acne treatment developed in Israel , the Clear Light device, produces a high-intensity, ultraviolet-light-free, narrow-band blue light that causes acne bacteria to self-destruct -- all without damaging surrounding skin or tissue.


• An Israeli company was the first to develop and install a large-scale solar-powered and fully functional electricity generating plant, in southern California's Mojave Desert.


• All the above while engaged in regular wars with an implacable enemy that seeks its destruction and an economy continuously under strain by having to spend more per capita on its own protection than any other county on earth.



14 Nov 2005

Israel: Punching above its weight
From The Economist print edition

The secret of Israel's success

THIS week's initial public offering (IPO) by Saifun, an Israeli chip-design firm, on the NASDAQ exchange was one of the biggest flotations by an Israeli company in America for years. Saifun has developed a new, more compact form of flash memory, demand for which is booming as the storage capacity of mobile phones, music players and other portable devices increases. It has already licensed its technology to companies including Sony, Infineon and Fujitsu, and is expected to sign a deal with Samsung soon.

Having been valued by the IPO at $675m, Saifun now joins a list of globally successful Israeli technology firms such as Amdocs, Check Point and Comverse. Indeed, Israel is third only to America and Canada in the number of companies listed on NASDAQ, and the country attracts twice the number of venture-capital (VC) investments as the whole of Europe, according to Ed Mlavsky, a veteran of the Israeli technology industry and the chairman and founder of Gemini, a big Israeli VC fund that was one of the investors in Saifun. In 2003, 55% of Israel's exports were high technology, compared with the OECD average of 26%. Tech giants such as IBM, Motorola and Cisco have research centres in Israel, which is also where Intel developed its Centrino chip. Not bad for a country with a population of 6.9m.

Why is Israel—sometimes called the “second Silicon Valley”—so strong in technology? For several reasons, says Mr Mlavsky. First, the pump was primed by government grants in the 1970s, by the BIRD Foundation (a joint American-Israeli initiative that supported many start-ups before VC money was widely available), and by government schemes to encourage Russian immigrants who arrived after the collapse of the Soviet Union.

The second big factor is the army. “The army gets hold of everybody at age 18, and if they have a glimmer of potential, it catalyses their transformation into engineers or scientists,” says Mr Mlavsky. The technically minded are given projects to develop and run, and are allowed to keep any intellectual property that they develop, which results in many spin-outs. It also means that once they get to university, trainee engineers already have practical experience and a problem-solving mentality. Israel has 135 engineers per 10,000 employees, compared with 70 in America, 65 in Japan, and 28 in Britain (see chart).

The small size of Israel's home market is also, paradoxically, an advantage. While a British start-up, say, will look to its home market to get started, Israeli firms cannot. Accordingly, they look to America for customers, so that Israeli start-ups function as “mini-multinationals” from the off—and are instantly exposed to the world's most competitive high-tech market. Similarly, Israel's relative lack of land and resources serves to steer entrepreneurs towards high technology instead.


Naturally, cultural factors play a part too. Around 5% of start-ups in America are headed by repeat entrepreneurs, says Mr Mlavsky, compared with around 30% in Israel. “The whole culture, we're like junkies, and the real kick is success, not the fruits of success, so we want to do it again,” he argues. Israeli entrepreneurs are often workaholics who tend not to change their lifestyles much after becoming successful, he says. Gil Shwed, the boss of Check Point and one of Israel's richest men, still has a regular DJ slot at a Tel Aviv restaurant on Wednesday nights, for example.

The bad news for other countries that wish to encourage the development of their technology industries is that few of these factors can be replicated. Singapore's attempt to establish itself as a biotechnology centre faces the challenge of encouraging risk-taking and entrepreneurialism in a highly conformist society. And Britain is hardly likely to introduce conscription in order to boost the fortunes of the technology cluster around Cambridge University. In technology, as in so many other ways, Israel is a special case.



Ce vendredi, de nouvelles attaques de roquettes sur Haïfa et la région. Tsahal annonce des milliers de soldats mobilisés. La guerre va être très sérieuse…et longue. Le high tech de Haïfa est il en péril ? -

C’est le vrai signal FORT qui aura un impact sur le high tech de Haïfa : Tsahal a distribué ce vendredi matin des ordres de mobilisation à plusieurs régiments de réservistes, afin de permettre aux forces régulières de renforcer le front nord. La censure militaire ne permet pas de dire le nombre exact de soldats mobilisés.

Par Daniel Rouach à Tel Aviv

Cette situation va changer la donne sur le plan économique car les marchés mondiaux vont s’inquiéter de la DUREE de la crise en Israël.

Sachant que le tourisme est une activité “marginale” dans l’économie du pays la question essentielle ce jour est de savoir pour combien de temps le high tech israélien va travailler au ralenti.

En effet, ce sont principalement des jeunes (mobilisés dans les prochains jours) qui forment la véritable élite du high tech du pays. Cette élite sera sous les drapeaux durant des semaines.

Déjà, la guerre à un impact. Impossible de le nier, mais les conséquences de la guerre commencent à se faire sentir à Haïfa. Elles se feront sentir encore plus dans un avenir proche.

Un exemple : MATAM. Lorsque le journal Libération avait fait une enquête sur le high tech israélien, personne ne pensait à l’époque que MATAM, le site de la “silicon valley” de Haïfa allait être affecté aussi rapidement par des tirs de roquettes.

En effet, en raison de la crise, ce site qui symbolise le coeur de la high tech d’Israël marche actuellement au ralenti. Un journaliste de Libération avait écrit : “Joyau de l’économie israélienne, le Matam, centre des industries scientifiques, s’est ciselé un écrin à la mesure de son succès. Au pied du mont Carmel, en bordure de Méditerranée, un incroyable «parc de haute technologie» s’élève désormais sur une ancienne friche de 20 hectares en lieu et place de vieux hangars portuaires. Coulés dans la verdure, temples modernes entièrement dédiés à la recherche de pointe, deux dizaines d’immeubles en béton brut et verre fumé abritent les laboratoires de tous les principaux acteurs du secteur informatique mondial.

Les géants du marché international, Intel, Microsoft, Philips, Motorola ou Hewlett Packard, côtoient ici les jeunes entreprises les plus dynamiques du pays, Elbit Systems, ChipX, Zoran, Zim Ofer. Dans cette pépinière à idées neuves, pas moins de 6 000 chercheurs, des ingénieurs, des techniciens, pionniers dans leur domaine, travaillent à développer aujourd’hui la trouvaille géniale qui fera l’ordinaire de demain.

Et ce filon de matière grise attire en Israël une ruée d’investisseurs, spécialistes en capital-risque, en quête de la prochaine pépite électronique. Une source de revenus inestimable pour un pays lourdement handicapé par le coût d’un interminable conflit.

Dans le cocon du Matam de Haïfa, les échos des accrochages dans les Territoires palestiniens occupés arrivent tout aussi étouffés que sur les postes de télévision californiens de la Silicon Valley. A l’image de son modèle américain, le monde du high-tech israélien vit dans une bulle confortable où les soucis du quotidien sont réduits à leur plus simple expression. L’attention des employeurs semble sans limites pour que leurs petits génies, embauchés à bon prix, puissent se concentrer sur l’accomplissement de leurs rêves numériques”.

En Israël tout va très vite. Notre expérience de plus de vingt années avec l’économie de la high tech israélienne nous laisse à penser que les chercheurs et ingénieurs israéliens ne se laisssent jamais trop impressionner par une crise, même grave. Le cri de ralliement de Ehud Olmert à la Knesset “We Will Win” marche aussi très bien pour le high tech d’Israël. La capacité de réaction et de résilience du high tech israélien est très forte. Déjà les ingénieurs israéliens non mobilisés de Haïfa se regroupent plus au Sud du pays. Ils vont travailler deux fois 35 heures par semaine. A la guerre comme à la guerre! L’industrie High Tech de Haïfa doit trouver des solutions pour travailler avec les menaces permanentes de missiles.-

Pour en Savoir Plus – L’article de Michael Amsellem pour IsraelValley -

Le personnel du centre de recherche d’Intel à Haïfa a été forcé de se ranger dans les abris suite aux alertes de missiles, mais ces conditions particulières ne les empêchent pas de travailler, ceci grâce aux connections sans fils souterraines.

Le centre R&D du géant Intel à Haïfa notamment à l’origine des processeurs spécialisés pour les technologies sans fils Centrino, a équipé ses abris sous terrain de réseaux sans fils Wifi. affirme Kobi Bashar, le porte parole d’Intel Israël.

Pas moins de 2.400 personnes travaillent pour Intel dans la troisième plus grande ville d’Israël, à 35 kilomètres au sud de la frontière libanaise.

“Ceux qui travaillent depuis la maison ont des ordinateurs portables avec des connections sans fils, ainsi il n’y a aucun problème de connectivité,”dit-il. “Le travail continue, et nous n’y voyons aucune incidence sur la production.”

Jamais le slogan d’Intel Centrino n’aura été aussi pertinent, Intel Centrino : Une liberté de mouvement qui vous change la vie.-

Michael Amsellem


The Bottom Line / Nasrallah and the Big Mac

By Avraham Tal

The Israeli army's operational successes in Lebanon and the
understanding and support for such actions among western nations, some Arab nations, and most of the media, have not dimmed the zeal of the bleeding hearts for besmirching the government and IDF.

Let's leave those who enjoy rubbing salt into real or imaginary wounds created by the conflict: We shall not descend to arguing with people who, from their position of lofty moral superiority, always find something amiss with policymakers and their moves. But there can be criticism that mixes ethical standards with practicality.

American journalist Thomas Friedman said that wars don't break out between two countries that have McDonald's. He meant that prosperity is the strongest basis for good neighborliness between countries.

Does the "McDonald's rule" apply universally? Evidently not, going by Israel and Lebanon, both of which are dotted with outlets of the hamburger chain.

But Friedman doesn't have to hang his head in shame: his tenet may yet be
saved. The thing is the war isn't between Israel and the sovereign State of Lebanon - a flourishing, free country: it is between Israel and the State of Hezbollah - a backward autocracy, quite the opposite of what Friedman had in mind. Are there McDonald's branches in Dahia, the Hezbollah neighborhood in southern Beirut?

Everybody realizes (except those who don't) that Lebanon, which ostensibly adopted the free market model, is actually controlled by Hezbollah, which, among its many purposes, hopes to help its spiritual mentor Iran with its mission of destroying Israel. For about 10 years, Hezbollah slowly organized to carry out the mission, and come the summer of 2006, in its stupidity, it prematurely entered into a conflict that threatens to destroy the military might it had built up.

But what was Israel supposed to do about the provocations? To recommend that Hezbollah leader Hassan Nasrallah adopt free market principles? To explain that free markets assure prosperity, which helps resolve disputes in peaceful ways - Friedman said so? That instead of investing in Zelzal rocket launchers, he should put the money into McDonald's branches in Dahia? Somehow one has to suspect that Nasrallah and his followers wouldn't find that persuasive.

Hezbollah terrorists openly say they engaged in a holy mission, namely trying to flatten Israel. Israel is engaged in a holy mission of its own, namely to frustrate its own destruction. In our holy mission against Hezbollah and its military infrastructure, innocent civilians and economic infrastructures are casualties.

That is not in Israel's interest: on the contrary, Israel's interest is not to harm, but to reinforce, Lebanon's legal government and economy. But harm is a side effect, sometimes an unavoidable one, of fighting Hezbollah without flinching; or of error. One has to be as blind as a bat or brainwashed to make the wicked claim that Israel is carrying out "economic terrorism" against Lebanon.

Free market, economic growth, prosperity, and naturally, McDonald's outlets are wonderful things. But existence supersedes them. Some of us understand that, and foreigners do to - note this week's New York Times editorial. These foreigners know better than some Israelis whose hearts bleed at the pain of those who hate us and are responsible for the current conflict, and why Israel is right in its battle against its enemies


Israël ne peut tolérer des tirs de missiles sur ses villes et ses villages. Les Français supporteraient-ils de voir les Lillois bombardés, la France regarderait-elle sans broncher Dunkerque sous le feu des roquettes visant explicitement les citoyens français ? Israël refuse de se laisser entraîner dans une guerre d’usure provoquée par le Hezbollah et le Hamas.

Israël a quitté le Liban et la bande de Gaza dans une réelle volonté d’avancer vers la paix. Mais cela a profité aux terroristes qui se sont armés en masse, qui dénient à Israël son droit à exister, qui appellent ostensiblement à son anéantissement, et qui enseignent à leurs enfants la haine et la violence. Les extrémistes sont par essence opposés au compromis ; difficile de négocier avec de tels partenaires.

Quand nous avons quitté le Liban en Mai 2000, puis Gaza il y a un an, tout ce que nous demandions était que nos voisins choisissent la nourriture plutôt que les armes, la paix plutôt que la violence, la construction d’un Etat plutôt que le chaos des milices armées. Au lieu de quoi les terroristes ont choisi de perpétuer le conflit, entraînant leur peuple avec eux.

Le Hamas et le Hezbollah lancent leurs missiles non sur des cibles militaires, mais sur la population civile dans l’espoir de tuer le plus d’Israéliens possibles. Leur but, dans leurs propres termes – ils ne s’en cachent pas -, est la destruction d’Israël. Notre but est d’en finir avec le conflit, de voir nos otages rentrer à la maison et d’entamer le dialogue.

Maintenant, grâce au Hamas et au Hezbollah, des Israéliens sont morts, des Palestiniens sont morts, des Libanais sont morts. Et à quoi cela a-t-il servi ?
Nous abhorrons ces images de nos voisins pris sous les décombres. Nous sommes atterrés par les pleurs des mères et des pères palestiniens et libanais. C’est une tragédie que leurs leaders aient abandonné leur pouvoir aux terroristes

Nous ne voulons ni victimes israéliennes, ni victimes palestiniennes ou libanaises.
Nous voulons vivre en paix avec nos voisins, prospérer, avoir une vie normale, cesser d’envoyer nos enfants au front pour défendre nos citoyens. Nous voulons vivre tout simplement. Nous voulons vivre dans notre Etat avec nos valeurs juives, nous voulons que les Palestiniens vivent dans leur Etat et les Libanais dans le leur, en ayant recouvré la souveraineté de leur Etat.

Nous voulons en finir avec les aspirations jihadistes qui ravagent nos vies. Nous voulons vivre dans un monde civilisé, sans missiles, sans kidnapping, sans culture de haine. Un monde où nos voisins respectent nos frontières, respectent notre droit à exister, acceptent le fait que nous sommes là pour rester. Alors nous pourrons parler, régler par la diplomatie les différends restants et faire de cette région un endroit où il fait bon élever ses enfants.


« La situation géopolitique au Moyen-Orient, vue de l'œil du cyclone »

Par Haïm Harari
Haïm Hariri est un spécialiste de physique théorique et président de l’Institut Davidson pour l’enseignement des sciences et ancien président, de 1988 à 2001, de l’Institut Weizmann pour la science.

Comme vous le savez, je joue habituellement le rôle d’animateur scientifique et technologique lors de nos réunions, mais, aujourd’hui, notre Président a suggéré que j’expose ma vision personnelle des événements de cette partie du monde d’où je viens. Je ne suis pas et ne serai jamais fonctionnaire du gouvernement, et je ne dispose d’aucune information privilégiée. Mon point de vue repose entièrement sur ce que je vois, sur ce que je lis, et sur le fait que ma famille a vécu dans cette région durant près de 200 ans. Vous pouvez considérer mon point de vue comme celui du chauffeur de taxi typique, que vous êtes censé interroger, quand vous visitez un pays.

J’aurais pu vous faire partager quelques faits passionnants et des pensées personnelles sur le conflit israélo-arabe. Pourtant, je ne l’évoquerai qu’en passant. Je préfère consacrer l’essentiel de mes remarques à une description plus large de la région et à sa place dans les événements du monde. Je parle de toute la zone qui va du Pakistan au Maroc, qui est majoritairement arabe, majoritairement musulmane, mais inclut beaucoup de non Arabes ainsi que des minorités non musulmanes significatives.

Pourquoi mettre de côté Israël et son entourage immédiat ? Parce que, malgré ce que vous pouvez lire ou entendre dans les médias internationaux, Israël et tous les problèmes qu’on lui impute ne sont pas la question centrale, et n’ont jamais été la question centrale dans le bouleversement qui affecte la région. Certes, il y a un conflit israélo-arabe centenaire, mais le principal théâtre des événements est ailleurs. Les millions de victimes de la guerre entre l’Iran et l’Iraq n’avaient rien à voir avec Israël. Le meurtre de masse qui a lieu en ce moment au Soudan, où le régime arabo-musulman massacre ses citoyens chrétiens noirs, n’a rien à voir avec Israël. Les fréquentes dépêches en provenance d’Algérie faisant état de meurtres de centaines de civils, perpétrés, dans tel ou tel village, par d’autres Algériens, n’ont rien à voir avec Israël. Saddam Hussein n’a pas envahi le Koweït, menacé l’Arabie Saoudite ni envoyé à la boucherie son propre peuple à cause d’Israël. L’Égypte n’a pas fait usage de gaz toxique contre le Yémen, dans les années 60, à cause d’Israël. Assad-père n’a pas tué des dizaines de milliers de ses compatriotes en une semaine à El-Hamma, en Syrie, à cause d’Israël. La prise de contrôle de l’Afghanistan par les Taliban et la guerre civile là-bas n’ont rien à voir avec Israël. L’attentat libyen qui a causé l’explosion du vol de la PanAm, n’a rien à voir avec Israël, et je pourrais continuer indéfiniment sur ce thème.

La racine du problème est que cette région entièrement musulmane est victime d’un dysfonctionnement total, dans tous les sens du terme, et l’aurait été même si Israël avait adhéré à la Ligue arabe et si la Palestine indépendante avait existé depuis un siècle. Les 22 pays membres de la Ligue arabe, de la Mauritanie jusqu’aux États du Golfe, ont une population totale de 300 millions d’habitants, plus importante que celle des États-Unis et presque aussi nombreuse que celle de l’Union européenne avant son expansion. Ils disposent d’une étendue territoriale plus vaste que celle des États-Unis ou de toute l’Europe. Ces 22 pays, avec tout leur pétrole et leurs ressources naturelles, ont un PIB combiné inférieur à celui des Pays-Bas et de la Belgique réunis, égal à la moitié du PIB de la seule Californie. Avec ce maigre PIB, les écarts entre riches et pauvres sont inimaginables et un trop grand nombre de riches ont fait fortune non en réussissant dans les affaires, mais en se comportant en despotes corrompus. Le statut social des femmes est très inférieur à ce qu’il était, il y a 150 ans, dans le monde occidental. Les droits de l’homme y sont en dessous du raisonnable, en dépit du fait grotesque que la Libye ait été élue à la présidence de la Commission des droits de l’homme de l’ONU. Selon un rapport préparé par un comité d’intellectuels arabes et publié sous les auspices de l’ONU, le nombre de livres traduits par le monde arabe tout entier est bien inférieur à ce que la petite Grèce traduit à elle seule. La totalité des publications scientifiques de 300 millions d’Arabes est inférieure à celle de 6 millions d’Israéliens. Les taux de natalité dans la région sont très élevés, augmentant la pauvreté, les inégalités sociales et le déclin culturel. Et tout cela se produit dans une région, que l’on croyait, il y a seulement 30 ans, devoir être la prochaine partie la plus riche du monde, et dans une région musulmane, où fleurissait, à une époque, l’une des cultures les plus avancées du monde.

Il va sans dire que cette situation est propice aux dictatures cruelles, aux réseaux de terrorisme, au fanatisme, à la haine, aux attentats-suicides et à un déclin général. C’est également un fait que presque tout le monde dans la région en rejette la faute sur les États-Unis, Israël, la civilisation occidentale, le judaïsme, le christianisme, sur n’importe qui et n’importe quoi, excepté eux-mêmes.

Est-ce que je dis tout ça avec la satisfaction de quelqu’un qui détaille les échecs de ses ennemis ? Au contraire, je crois fermement que le monde aurait été un endroit bien meilleur et mon propre environnement beaucoup plus plaisant et paisible, si les choses étaient différentes.

Je dois également dire un mot au sujet de ces millions de braves gens, honnêtes et bons, qui sont soit des musulmans pratiquants, soit moins religieux mais élevés dans des familles musulmanes. Ils sont doublement victimes, du monde extérieur, qui développe maintenant une islamophobie, et de leur propre environnement, qui ne leur laisse aucune chance du fait de ses dysfonctionnements. Le problème est que cette vaste majorité silencieuse de musulmans ne participe pas au terrorisme et à la haine, mais ne s’y oppose pas non plus. Ils deviennent complices, par omission, et ceci s’applique aux dirigeants politiques, aux intellectuels, aux hommes d’affaires et à beaucoup d’autres. Bon nombre d’entre eux distinguent parfaitement le bien du mal, mais ont peur d’exprimer leur opinion.

Les événements de ces dernières années ont aggravé quatre problèmes, qui ont toujours existé, mais n’avaient jamais pris une telle proportion avant le bouleversement actuel que connaît la région. Ce sont les quatre principaux piliers du conflit actuellement en cours dans le monde, que nous devrions peut-être déjà appeler « troisième guerre mondiale ». Je n’ai pas de meilleur nom pour désigner la situation actuelle. Quelques années peuvent encore s’écouler avant que tout le monde l’admette, mais nous y sommes déjà.

Le premier élément est l’attentat-suicide. Les attentats-suicides ne sont pas nouveaux, mais ils n’ont été popularisés, si je puis employer cette expression, que récemment. Même après le 11septembre, il semble que la majeure partie du monde occidental n’a pas encore compris. C’est une arme psychologique très efficace. Son impact réel direct est relativement mineur. Le total des victimes des centaines d’attentats-suicides de ces trois dernières années en Israël est très inférieur à ceux d’accidents de voiture. Le 11 septembre a été quantitativement moins meurtrier que beaucoup de tremblements de terre. Il y a plus de morts du SIDA en un seul jour en Afrique que tous les Russes tués en Tchétchénie par des bombes humaines depuis le début du conflit. Saddam tuait chaque mois plus de gens que tous ceux qui sont morts dans des attentats-suicides depuis que l’Iraq est occupé par les forces de la coalition.

Alors pourquoi tout ce remue-ménage autour de ces attentats ? Ils font les gros titres. Ils sont spectaculaires. Ils sont effrayants. C’est une mort très cruelle avec des corps démembrés et d’horribles mutilations à vie pour de nombreux blessés. La télévision les relate avec un luxe de détails. Un seul de ces meurtres, avec l’aide d’une couverture médiatique disproportionnée, peut détruire l’industrie touristique d’un pays pour pas mal de temps, comme c’est arrivé à Bali et en Turquie.

Mais la vraie crainte vient du fait qu’aucune protection, aucune mesure préventive ne peut retenir un terroriste suicidaire déterminé. Le monde occidental ne l’a pas encore assimilé. Les États-Unis et l’Europe améliorent sans cesse leur protection contre le dernier attentat, mais pas contre le prochain. Nous pouvons mettre en place la meilleure sécurité aéroportuaire du monde. Mais si vous voulez assassiner en vous suicidant, vous n’êtes pas obligé d’embarquer à bord d’un avion pour vous faire exploser en tuant beaucoup de monde. Qui peut empêcher un tel attentat au milieu de la foule qui fait la queue pour passer à travers les portiques de détection ? Et les files d’attente aux comptoirs d’enregistrement aux périodes de pointe ? Mettez un détecteur de métaux à l’entrée de chaque gare en Espagne et les terroristes prendront l’autobus. Protégez les bus et ils éclateront dans les cinémas, les salles de spectacle, les supermarchés, les centres commerciaux, les écoles et les hôpitaux. Placez des gardes devant chaque salle de concert et il se formera inévitablement une file d’attente au point de contrôle, qui sera la cible, sans parler des gardes eux-mêmes. Vous pouvez plus ou moins réduire votre vulnérabilité par des mesures préventives et défensives et par un strict contrôle des frontières mais pas vous prémunir totalement, et certainement pas gagner cette guerre par la seule défensive. Car c’est une guerre !

Qu’y a-t-il derrière les attentats-suicides ? L’argent, la soif de pouvoir et une haine implacable et meurtrière, rien d’autre. Cela n’a rien à voir avec le fanatisme religieux. Aucun prédicateur musulman ne s’est jamais fait exploser. Aucun fils d’un politicien arabe ou d’un chef religieux ne s’est jamais explosé. Aucun parent de n’importe quelle notabilité ne l’a jamais fait. Ne vous attendriez-vous pas à ce que certains des chefs religieux le fassent eux-mêmes, ou incitent leurs fils à le faire, si c’était vraiment un acte suprême de ferveur religieuse ? N’ont-ils pas envie d’aller au Paradis ? Au lieu de cela, ils envoient des femmes rejetées, des enfants naïfs, des personnes retardées et de jeunes têtes brûlées. Ils leur promettent les plaisirs, principalement sexuels, de l’autre monde, et rémunèrent bien leurs familles après le passage à l’acte et la mort de suffisamment d’innocents.

Les attentats-suicides n’ont rien à voir non plus avec la pauvreté et le désespoir. La région la plus pauvre du monde, et de loin, est l’Afrique. Il n’y en a jamais eu là-bas. Il y a de par le monde beaucoup de peuples désespérés, de cultures, pays et continents divers. Le désespoir ne fournit pas les explosifs, les plans et l’acheminement. Il y avait certainement plus de désespoir dans l’Iraq de Saddam que dans celui de Paul Bremer, et pourtant, personne ne s’y faisait exploser. L’attentat-suicide n’est qu’une arme horrible et redoutable de terroristes cruels, inhumains, cyniques, stipendiés, sans respect pour la vie humaine, y compris celle de leurs compatriotes, mais avec beaucoup de considération pour leur propre bien-être et un goût prononcé du pouvoir.

La seule manière de combattre cette nouvelle arme « populaire » est la même que pour combattre le crime organisé ou la piraterie en mer : l’offensive. Comme pour le crime organisé, il est crucial que les forces soient unies et il est crucial d’atteindre le sommet de la pyramide du crime. Vous ne pouvez pas éliminer le crime organisé en arrêtant le petit dealer au coin de la rue. Vous devez vous attaquer aux « parrains ».

Si une partie de la population le soutient, une autre le tolère, beaucoup ont peur de lui et si quelques-uns uns tentent de l’excuser par la pauvreté ou une enfance malheureuse, le crime organisé prospérera, et il en va de même pour le terrorisme. Les États-Unis le comprennent maintenant, après 11septembre. La Russie commence à le comprendre. La Turquie le comprend bien. Je crains que la majeure partie de l’Europe ne le comprenne toujours pas. Malheureusement, il semble que l’Europe ne le comprendra qu’après que les attentats l’aient frappée massivement. À mon humble avis, ceci se produira certainement. Les trains espagnols et les bombes d’Istanbul ne sont que le commencement. L’unité du monde civilisé pour combattre cette horreur est absolument indispensable. Jusqu’à ce que l’Europe se réveille, cette unité ne sera pas réalisée.

Le deuxième ingrédient est le discours, plus exactement le mensonge. Les mots peuvent être mortels. Ils tuent. On dit souvent que les politiciens, les diplomates et peut-être aussi les avocats et les hommes d’affaires doivent parfois mentir, que ça fait partie de leur métier. Mais les usages de la politique et de la diplomatie sont peccadilles, au regard du niveau de haine et des inventions totalement délibérées qui atteignent de nouveaux sommets dans la région dont nous parlons. Un nombre incroyable de personnes dans le monde arabe croient que le 11 septembre n’a pas eu lieu, ou que c’était une provocation américaine ou, mieux encore, un complot juif.

Vous vous souvenez tous du ministre iraqien de l’information, Mohammed Said As Sahaf et de ses conférences de presse quand les forces américaines étaient déjà dans Bagdad. La désinformation en temps de guerre est une tactique admise. Mais venir, jour après jour, faire des déclarations aussi absurdes, que tout le monde sait être des mensonges, sans même être ridiculisé aux yeux des vôtres, ne peut arriver que dans cette région du monde. M. Sahaf a fini par devenir populaire comme bouffon de cour, mais ceci n’a pas empêché des journaux supposés respectables de lui donner un espace égal. Ça n’empêche pas non plus la presse occidentale d’accorder foi, tous les jours, même maintenant, à des menteurs semblables. Après tout, si vous voulez être antisémite, il y a des manières subtiles de le faire. Vous n’êtes pas obligé de proclamer que l’holocauste n’a jamais eu lieu et qu’il n’y a jamais eu de temple juif à Jérusalem. Mais des millions de musulmans l’entendent dire par leurs dirigeants. Mais quand ces mêmes dirigeants font d’autres déclarations, sur d’autres sujets, les médias occidentaux les publient comme si de rien n’était.

C’est tous les jours que ceux-là mêmes qui financent, arment et envoient les terroristes-suicides, condamnent les attentats, en anglais, devant les caméras des télévisions occidentales, s’adressant à l’opinion publique internationale qui les croit en partie. C’est devenu banal d’entendre le même dirigeant faire des déclarations contradictoires, en arabe à son peuple et en anglais au reste du monde. Les campagnes de haine des télévisions arabes, accompagnées d’images d’horreur de corps mutilés, sont devenues des armes puissantes aux mains de ceux qui mentent, déforment et rêvent de tout détruire. Les petits enfants sont élevés dans la haine et l’admiration de prétendus martyrs, et le monde occidental ne s’aperçoit de rien, parce que ses propres téléviseurs leur montrent, la plupart du temps, des jeux et des séries. Je vous recommande, même si la plupart d’entre vous ne comprend pas l’arabe, de regarder Al Jazirah de temps en temps. Vous n’en croirez pas vos yeux.

Mais les mots fonctionnent également d’autres manières, plus subtiles. Une manifestation à Berlin, avec des banderoles de soutien au régime de Saddam Hussein et des petits enfants de trois ans habillés en terroristes-suicides, est appelée, par la presse et certains dirigeants politiques « manifestation pacifiste ». On peut soutenir ou s’opposer à la guerre en Iraq, mais de là à qualifier de pacifistes les partisans de Saddam, Arafat ou de Ben Laden ! Une femme entre dans un restaurant israélien le midi, déjeune, observe les personnes âgées et les enfants aux tables voisines et demande l’addition. Elle se fait alors exploser, tuant 20 personnes, parmi lesquelles beaucoup d’enfants, avec des têtes et des bras roulant partout dans le restaurant. Plusieurs dirigeants arabes et la presse européenne « activiste » l’appellent « martyre ». Des dignitaires condamnent l’acte mais rendent visite à sa famille éplorée, et l’argent afflue.

Il y a un nouveau jeu en ville. L’exécutant s’appelle « la branche militaire », celui qui le paye, l’équipe et l’envoie s’appelle maintenant « la branche politique » et le cerveau de l’opération s’appelle « le chef spirituel ». Il y a de nombreux autres exemples de cette nomenclature orwellienne, employée chaque jour non seulement par des chefs terroristes mais également par les médias occidentaux. Ces mots sont beaucoup plus dangereux que la plupart des gens ne le croient. Ils fournissent un cadre émotif pour des atrocités. C’était Joseph Goebbels qui disait qu’en répétant un mensonge assez souvent, les gens finissent par le croire. Ses successeurs l’ont maintenant surpassé.

Le troisième aspect est l’argent. D’énormes sommes d’argent, qui auraient pu résoudre bien des problèmes sociaux dans cette partie du monde bien mal en point, sont répandues dans trois sphères concentriques soutenant la mort et l’assassinat. À l’intérieur, il y a les terroristes eux-mêmes. Les fonds servent à payer leurs déplacements, les explosifs, les cachettes et la quête permanente de cibles vulnérables et sensibles. Ils sont entourés d’un deuxième cercle plus large d’assistants, de planificateurs, de commandants, de prédicateurs, qui tous vivent, habituellement très confortablement, en fournissant la logistique du terrorisme. En dernier, nous trouvons un troisième cercle d’organismes prétendument religieux, éducatifs ou charitables, qui font certes un peu de bien, nourrissent les affamés et font un peu d’enseignement, mais bourrent le crâne des jeunes générations de haine, de mensonges et d’ignorance. Ce cercle opère la plupart du temps dans les mosquées, les écoles et autres établissements religieux mais également au travers de médias de propagande, électroniques ou imprimés. C’est ce niveau qui garantit que les femmes restent inférieures, que la démocratie soit impensable et que l’exposition au monde extérieur demeure minimale. Ce sont eux également qui donnent le ton en blâmant le reste du monde pour les misères de la région.

Pour parler au sens figuré, ce troisième cercle joue le rôle du gardien, qui s’assure que le peuple regarde et écoute vers l’intérieur le cercle intérieur de la terreur et de haine, plutôt qu’à l’extérieur. Certains éléments de ce cercle extérieur agissent par crainte ou par chantage du noyau. Un élément aggravant est le taux de natalité élevé. La moitié de la population du monde arabe n’a pas 20 ans, l’âge le plus réceptif à la propagande, qui nous garantit encore deux générations de haine aveugle.

Des trois cercles décrits ci-dessus, les cercles intérieurs sont principalement financés par des États terroristes comme l’Iran et la Syrie, récemment encore par l’Iraq et la Libye et autrefois par certains régimes communistes. Ces États, aussi bien que l’Autorité palestinienne, sont les asiles sûrs des fournisseurs de meurtre en gros. Le cercle extérieur est principalement financé par l’Arabie saoudite, mais aussi par des dons de certaines communautés musulmanes des États-Unis et d’Europe et, à un degré moindre, par les subventions des gouvernements européens à diverses ONG et par certains organismes des Nations unies, dont les objectifs peuvent être nobles, mais qui sont infestés et manipulés par des agents du troisième cercle. Le régime saoudien, naturellement, sera la prochaine victime principale du terrorisme, quand le noyau explosera dans la sphère externe. Les Saoudiens commencent à s’en rendre compte, mais ils combattent les cercles intérieurs, tout en continuant de financer l’infrastructure du cercle externe.

Certains des dirigeants de ces divers cercles vivent très confortablement sur leur butin. Vous rencontrez leurs enfants dans les meilleures écoles privées d’Europe, pas dans les camps d’entraînement des futurs « martyrs ». À la « piétaille » du Jihad les voyages organisés de la mort en Iraq ou d’autres points chauds, à leurs chefs les stations de ski en Suisse. Mme Arafat, qui habite à Paris avec sa fille, reçoit des dizaines de milliers de dollars par mois de l’Autorité palestinienne prétendument en faillite tandis qu’un chef de groupe moyen des brigades d’Al-Aqsa, liées à Arafat, reçoit seulement quelques centaines de dollars, pour des meurtres au détail.

Le quatrième élément du conflit mondial en cours est le mépris de toutes les règles. Le monde civilisé croit en la démocratie, l’État de droit, y compris le droit international, les droits de l’homme, la liberté de parole et de la presse, entre d’autres libertés. Il conserve des usages puérils et démodés comme le respect des sites et symboles religieux, et se refuse à utiliser les ambulances et les hôpitaux pour des actes de guerre, évite de mutiler des cadavres et n’emploie pas d’enfants comme boucliers humains ou bombes humaines. Jamais dans l’histoire, pas même du temps des nazis, on n’avait assisté à pareilles transgressions. Tout étudiant en sciences politiques discute du moyen d’empêcher des ennemis de la démocratie de gagner une élection démocratique et d’abolir la démocratie. Une société civilisée doit également se fixer des bornes dans d’autres domaines. Un policier peut-il ouvrir le feu sur quelqu’un qui essaye de le tuer ? Un gouvernement peut-il écouter les conversations téléphoniques de terroristes et de trafiquants de drogue ? La liberté de la parole vous permet-elle de crier [sans raison] « au feu » dans un théâtre bondé ? Doit-on appliquer la peine de mort aux assassins récidivistes ? Ce sont des dilemmes anciens. Mais maintenant nous avons un nouveau paquet.

Peut-on attaquer une mosquée, où sont entreposées les munitions des terroristes ? Ripostez-vous, si on vous tire dessus depuis un hôpital ? Donne-t-on l’assaut à une église où des terroristes ont pris des prêtres en otages ? Fouillez-vous chaque ambulance après que des terroristes s’en soient servis pour se rendre sur leur objectif ? Faites-vous déshabiller chaque femme parce qu’une, prétextant une grossesse, a dissimulé une bombe sur son ventre ? Ouvrez-vous le feu sur quelqu’un qui essaye de vous tuer et qui s’abrite délibérément derrière un groupe d’enfants ? Attaquez-vous les locaux des terroristes installés dans un hôpital psychiatrique ? Abattez-vous un tueur en série qui ne se rend d’un endroit à l’autre, qu’entouré d’enfants ? Toutes ces questions se posent quotidiennement en Iraq et dans les zones palestiniennes. Que faites-vous ? Bien sûr, vous préféreriez échapper au dilemme. Mais il ne peut pas être évité.

Supposons, par hypothèse, que quelqu’un réside à Téhéran à une adresse bien connue, accueilli par le gouvernement iranien et financé par lui, commettant atrocité après atrocité en Espagne ou en France, tuant des centaines de personnes innocentes, revendiquant ses crimes, promettant au cours d’interviews télévisées de récidiver, alors que le gouvernement iranien condamne publiquement ces actes mais continue à l’héberger, l’invite à des cérémonies officielles et le traite avec tous les honneurs. Je vous laisse imaginer, en devoir à faire à la maison, comment réagiraient la France ou l’Espagne, si elles étaient confrontées à une telle situation.

Le problème est que le monde civilisé entretient encore des illusions légalistes dans un environnement totalement amoral. Il tente de jouer au hockey sur glace en envoyant une patineuse artistique ou de faire assommer un boxeur poids lourd par un joueur d’échecs. De la même manière qu’aucun pays n’a de loi contre des cannibales mangeant un Premier ministre, parce qu’un tel acte est impensable, le droit international ne prend pas en compte des tueurs opérant d’un hôpital, d’une mosquée ou d’une ambulance, tout en étant protégés par leur gouvernement ou la société où ils vivent. Le droit international ne sait que faire de quelqu’un qui envoie des enfants jeter des pierres, s’abrite derrière eux pour faire feu et ne peut pas être arrêté parce qu’il bénéficie de la protection d’un gouvernement. Le droit international ne sait pas comment faire avec un chef terroriste qui royalement et confortablement est accueilli par un pays, qui feint de condamner ses actes mais prétend ne pas avoir suffisamment de pouvoir pour l’arrêter. La chose étonnante est que tous ces escrocs se retranchent derrière le droit international, accusent de crimes de guerre ceux qui les combattent, et qu’il se trouve des médias occidentaux pour reprendre leurs accusations. La bonne nouvelle est que tout ceci ne durera pas, car le droit international s’est toujours adapté à la réalité. Le châtiment de l’attentat-suicide devrait être la mort ou l’arrestation avant le crime, pas pendant ni après. Après chaque guerre mondiale, les règles du droit international ont changé et il en ira de même après celle-ci. Mais dans cette période entre chien et loup, beaucoup de mal peut être fait.

Le tableau que je brosse ici n’est pas plaisant. Que pouvons-nous y faire ? À court terme, se battre et gagner. Et à long terme ? Éduquer la prochaine génération et l’ouvrir au monde. Les cercles intérieurs peuvent et doivent être détruits par la force. On ne peut pas en faire autant avec le cercle externe. Ici il faut assécher le financement des directions, donner plus de pouvoir aux femmes, plus d’éducation, combattre la propagande, boycotter quand c’est possible et ouvrir l’accès aux médias occidentaux, à Internet et à la scène internationale. Par-dessus tout, nous avons besoin d’une unité et d’une détermination sans failles du monde civilisé contre chacun de ces trois cercles du mal.

Permettez-moi, pendant un moment, de m’écarter de mon rôle supposé de chauffeur de taxi et de revenir à la science. Face à une tumeur maligne, on peut l’enlever chirurgicalement. On peut également la faire mourir de faim en empêchant le sang de l’atteindre, bloquant la croissance de la tumeur. Par précaution, il vaut mieux faire les deux.

Mais avant de combattre et gagner, par la force ou autrement, il faut se rendre compte que l’on est en guerre, et cela peut prendre à l’Europe plusieurs années. Pour gagner, il est nécessaire d’éliminer d’abord les régimes terroristes, de sorte qu’aucun gouvernement dans le monde ne serve d’asile sûr à ces personnes. Je ne veux pas commenter ici le bien-fondé de l’attaque américaine sur l’Iraq par rapport aux armes de destruction de masse ou n’importe quel autre argument, mais je peux regarder la carte actuelle du Moyen-Orient. Maintenant que l’Afghanistan, l’Iraq et la Libye se sont retirés, il reste deux États terroristes et demi : l’Iran, la Syrie et le Liban, ce dernier étant une colonie syrienne. Peut-être le Soudan devrait-il être ajouté à cette liste. Depuis la conquête de l’Afghanistan et de l’Iraq, l’Iran et la Syrie sont maintenant totalement entourés de territoires peu amicaux envers eux. L’Iran est encerclé par l’Afghanistan, par les État du Golfe, l’Iraq et les républiques musulmanes de l’ancienne Union soviétique. La Syrie est entourée par la Turquie, l’Iraq, la Jordanie et Israël. C’est un changement stratégique crucial et il exerce une forte pression sur les États terroristes. Ce n’est pas étonnant que l’Iran essaie si activement de susciter un soulèvement shi`ite en Iraq. Je ne sais pas si le plan américain était réellement d’encercler l’Iran et la Syrie, mais c’est la situation résultante.

À mon humble avis, le danger mondial numéro un est aujourd’hui l’Iran et son régime. Il a certainement l’ambition de régner sur de vastes secteurs et de s’étendre dans toutes les directions. Il a une idéologie, qui se proclame supérieure à la culture occidentale. Il est impitoyable. Il a montré qu’il peut exécuter des actes terroristes sophistiqués sans laisser de traces, en utilisant ses ambassades. Il essaye clairement de développer l’arme nucléaire. Ses prétendus « modérés » et ses conservateurs interprètent avec virtuosité les rôles du bon et du méchant flics. L’Iran commandite le terrorisme syrien ; il est certainement derrière une grande partie des actions en Iraq ; il finance entièrement le Hezbollah et, à travers lui, le Hamas et le Jihad islamique palestiniens ; il a organisé des attaques terroristes au moins en Europe et en Amérique du Sud et probablement aussi en Ouzbékistan et en Arabie saoudite, et il est à la tête d’un consortium multinational du terrorisme, qui regroupe, à un rang subalterne, la Syrie, le Liban et certains éléments shi`ite en Iraq. Néanmoins, la plupart des pays européens commercent avec lui, tentent toujours de l’apaiser et refusent de voir les signaux pourtant clairs.

Pour gagner cette guerre il est également nécessaire d’assécher les ressources financières de l’internationale de la terreur. Il est inutile d’entrer dans les différences subtiles entre la terreur sunnite d’Al-Qaïda ou du Hamas et la terreur shi`ite du Hezbollah, de Sadr et autres entreprises d’inspiration iranienne. Quand ça les arrange pour leurs affaires, tous collaborent admirablement.

Il est crucial d’arrêter le financement saoudien et toute autre aide financière au cercle externe, qui est le terreau du terrorisme. Il est important de surveiller toutes les donations aux organismes islamiques en provenance de l’occident, de surveiller les finances des organismes humanitaires internationaux et de réagir par des mesures économiques puissantes au moindre signe d’aide financière à n’importe lequel des trois cercles du terrorisme. Il importe également d’agir de façon décisive contre les campagnes de mensonges et de calomnies et de surveiller les médias occidentaux qui y collaborent, que ce soit par intérêt, naïveté ou ignorance.

Surtout, ne jamais céder au terrorisme. Personne ne saura jamais si les récentes élections en Espagne auraient donné un résultat différent, sans les explosions dans les trains quelques jours plus tôt. Mais cela importe peu. Ce qui compte, c’est que les terroristes croient qu’ils ont influencé le résultat et qu’ils ont gagné en poussant l’Espagne à se retirer d’Iraq. Cette affaire espagnole finira sûrement par coûter très cher aux autres pays européens, y compris la France, qui tente maintenant d’expulser des prédicateurs de la haine et d’interdire le voile [dans les écoles et les administrations], y compris ceux qui ont envoyé des troupes en Iraq. À long terme, l’Espagne elle-même payera encore plus.

La solution est-elle un monde arabe démocratique ? Si par démocratie on entend élections libres mais aussi liberté de la presse, liberté d’expression, État de droit, libertés civiles, égalité des femmes, libre circulation, ouverture aux idées et aux médias internationaux, répression de la diffamation raciale, protection des hôpitaux, des lieux de culte et des enfants, alors oui, la démocratie est la solution. Si la démocratie se limite à des élections libres, il est probable que les plus fanatiques soient élus, ceux dont la propagande et les calomnies sont les plus enflammées. Nous l’avons déjà vu en Algérie et, dans une certaine mesure, en Turquie. Cela arrivera encore, si le terrain n’est pas préparé avec beaucoup de soin. D’autre part, une démocratie partielle de transition, comme en Jordanie, peut être une bonne solution provisoire, ouvrant la voie à une vraie démocratie, peut-être de la même manière qu’une démocratisation soudaine et immédiate n’a pas fonctionné en Russie et n’aurait sans doute pas non plus réussi en Chine.

Je n’ai aucun doute que le monde civilisé l’emportera. Mais plus nous tarderons à comprendre le nouveau paysage de cette guerre, plus coûteuse et douloureuse sera la victoire. L’Europe, plus que n’importe quelle autre région, est la clef. Son aversion bien compréhensible de la guerre, après les horreurs de la deuxième guerre mondiale, peut coûter des milliers de vies innocentes en plus, avant que le vent tourne.


Causerie de Haïm Harari lors d’une réunion du Comité international consultatif d’une grande société multinationale, en avril 2004.

Titre original : « La situation géopolitique au Moyen-Orient, vue de l’œil du cyclone »


We ,Israeli people have no problems with Lebanese people.We would like to be in peace with them.Every Israeli citizen wants peace with Lebanon.We are at war with Hezbullah , not with Lebanon.Hezbullah wants a World War 3.Almost everyone in Israel is united about this self defense war.We have no choice.It is the first time since the Yom Kippur War in 1973 , that almost all Israeli citizens are united.We are sorry for the loss of innocent lives also in Lebanon and we are trying to minimize the casualties.We are even sending leaflets or phoning the residents of buildings where Hezbollah terrorists are hiding even if the surprise effect is lost in the attack.Hezbollah and their backers in Iran are the only ones today (with Syria) that are preventing peace in the Middle East and the world.In fact Lebanon is perhaps the most advanced Arab country in the world.This tragedy for the Lebanese and the Israeli comes from Hezbollah's ideology.They will unfortunately not changed their minds.


Danielle ,

Il n'y a aucune comparaison possible entre Israel et le Liban.Le Liban est certes un pays un peu a part dans le monde arabe.Certaines de ses elites sont occidentales et maitrisent la haute technologie.

Israel est le pays le plus
avance au monde avec les Etats Unis pour les hautes technologies , tant au niveau de l'utilisateur(penetration ,utilisation) qu'au niveau du developpement de nouvelles technologies.
Israel est ausi le pays le plus polyglotte du monde et l'anglais est plus couramment utilise en Israel qu'en France , Italie , Espagne ou meme Allemagne !


La guerre du Hezbollah contre Israel et le Liban

Amos Oz (Le Figaro)

À de nombreuses reprises dans le passé, le Mouvement israélien pour la Paix a critiqué les opérations militaires israéliennes. Pas cette fois. Cette fois, la bataille ne relève pas de l'expansion d'Israël et de la colonisation. Aucun territoire libanais n'est occupé par Israël. Il n'existe aucun contentieux territorial bilatéral. Mercredi dernier, sans être provoqué, le Hezbollah a lancé une violente attaque en territoire israélien. Il s'agissait aussi, en réalité, d'une attaque contre l'autorité et l'intégrité du gouvernement libanais, puisque le Hezbollah, en attaquant Israël, a pris en otage la capacité de ce gouvernement de contrôler son propre territoire et de décider de la paix ou de la guerre.

Le Mouvement israélien pour la Paix s'oppose à l'occupation et à la colonisation de la Cisjordanie. Il s'était opposé à l'invasion du Liban, en 1982, parce que cette invasion visait à détourner l'attention du monde du problème palestinien. Cette fois, Israël n'envahit pas le Liban. Il se défend contre un harcèlement quotidien et le bombardement de dizaines de nos villes et de nos villages, en tentant d'écraser le Hezbollah partout où il est en activité.

Le Mouvement israélien pour la Paix se doit de soutenir purement et simplement cette tentative d'autodéfense d'Israël, aussi longtemps que cette opération s'en prend surtout au Hezbollah et s'efforce, autant que possible, d'épargner les civils libanais (une tâche pas toujours facile puisque les lanceurs de missiles du Hezbollah se servent trop souvent des civils libanais comme d'autant de [boucliers] humains).

Les missiles du Hezbollah sont fournis par l'Iran et la Syrie, deux ennemis jurés de toutes les initiatives de paix au Moyen-Orient. Il ne peut y avoir aucune symétrie morale entre le Hezbollah et Israël. Le Hezbollah vise les civils israéliens, où qu'ils soient, alors qu'Israël vise principalement le Hezbollah.

Les ombres obscures de l'Iran, de la Syrie et de l'islam fanatique planent au-dessus des villes et des villages en feu de part et d'autre de la frontière israélo-libanaise. Ces ombres noires, dans le même temps, [oblitèrent] la société civile libanaise, qui s'était libérée, il y a peu, par une lutte héroïque, d'une longue colonisation syrienne.

La vraie bataille qui se livre ces jours-ci n'oppose pas du tout Beyrouth à Haïfa. C'est une bataille entre, d'un côté, une coalition de nations – Israël, le Liban, l'Égypte et l'Arabie saoudite – qui cherchent la paix, et l'islam fanatique encouragé par l'Iran et la Syrie, de l'autre.

Si, comme nous l'espérons tous, colombes et faucons israéliens réunis, le Hezbollah est vaincu rapidement, Israël et le Liban seront tous les deux gagnants. Plus encore, la défaite d'une organisation terroriste militante est de nature à doper considérablement les chances de la paix dans la région.

Amos Oz

© Le Figaro


Israel: A Silicon Valley that learned how to take advantage of its
military know how

The technological miracle of Israel

At the end of the nineteen eighties, the Israeli government changed its
economic policy, moving towards the Silicon Valley high tech model. Despite its
immersion in constant warlike conflict with Palestine, and its only 6.6 million
inhabitants, Israel is the third country in the world that contributes the most
companies to Nasdaq (150), only surpassed by the United States and Canada.
At present, high tech products represent 80% of Israeli exports.
After Silicon Valley, USA, Israel is the second technology manufacturer in the
world, a remarkable fact for a country 20 times smaller than California; an
exceptional fact for a country of about six million inhabitants, as opposed to 34
million in the USA. “Information and Communication Technologies constitute
our natural resource”, states Gabriel Tal, IBM Global Technology Unit manager
in Israel. Agricultural techniques and warfare development were our natural
resources in the past. At present, TIC constitutes the entrance password to the
developed countries’ club. “Rather than competing with its Arab neighbors,
Israel competes with western countries”, states Yair Ofek, Director of the Israel
Export International Cooperation Institute (IECI). Technology that is sold does
not occupy space; it is intellectual capital. Israel’s ratio of 135 engineers per
10.000 residents, duplicates the proportion in the USA, the second in the world.
Amiram Shore, chairman of the Israel Association of Software Houses asserts:
“Qualifying our professionals is our main value”. Another factor that has
contributed to the high qualification of the Israeli population, was the arrival of a
million Jewish emigrants from the ex-Soviet Republics. More than 50% were
university graduates, mainly scientists and engineers. This alone made
Americans define Israel as the “second Silicon Valley”, says Shore, since it has
some of the more sophisticated laboratories in the world for the development of
microelectronic components and software applications, like IBM, Intel, Microsoft,
Motorola and SAP.



L'autre mur d'Israël

En misant sur le tout high-tech, les businessmen israéliens ont sorti leur pays de la crise. Et ils l'ont éloigné un peu plus de ses voisins arabes.

Un nouveau mur se construit entre Israël et ses voisins. Moins spectaculaire que la barrière de béton censée arrêter les terroristes, il pourrait pourtant se révéler bien plus infranchissable. Ce mur n'a ni miradors, ni mitrailleuses : il est économique, scientifique et technologique.

Tournant le dos à un monde arabe enfermé dans un tragique retard, Israël, cet Etat qui fut imaginé longtemps avant que d'être, s'est inventé un nouveau rêve : devenir au xxie siècle un des tout premiers centres mondiaux de la haute technologie, sorte d'hybride de la Silicon Valley et de Singapour. Pour y parvenir, l'Etat hébreu a décidé de bâtir une économie ultramoderne, ultralibérale, tournée vers le grand large et globalisée, capable d'assurer sa réussite sans rien devoir à son environnement hostile. « Chaque année, l'écart technologique se creuse avec le monde arabe, et cette tendance devient exponentielle », constate le banquier Stéphane Boujnah.

Israël est en passe de gagner ce nouveau pari, réussissant encore une fois à transformer ses faiblesses géographiques et historiques en ressources et en forces. Ici, la nécessité fait loi, la contrainte est un moteur, et c'est parce qu'il n'y a presque rien qu'on veut tout inventer. Ainsi, puisqu'il lui fallut, dès le premier jour, se défendre les armes à la main, Israël s'est doté d'une armée ultramoderne.

Ne pouvant mobiliser que de faibles contingents de soldats, Tsahal (1), avec l'aide de la France, puis celle des Etats-Unis, est devenue une des armées les plus high-tech du monde. Dans les laboratoires et les bureaux d'études de la défense israélienne sont mis au point des systèmes si sophistiqués qu'ils ramènent au rang de jouets grossiers les gadgets de James Bond. Les drones, ces petits avions sans pilote qui ont révolutionné la guerre moderne, dopent les exportations militaires. Un savoir-faire qui rejaillit dans le civil. « La moitié de nos exportations industrielles - hors militaires - proviennent de la haute technologie, et nous consacrons 4 % du PIB à la recherche », souligne Shraga Brosh, le président de l'Association des industriels.

Les paysages de Galilée rappellent parfois la Toscane avec ses collines arrondies, ses oliviers et quelques cyprès. Mais il y manque l'élégance des villas patriciennes et l'opulence des cités-Etats. Seuls alternent les villages arabes poussiéreux, les cubes blancs des villes nouvelles israéliennes dressées comme des châteaux forts et les pôles de haute technologie. Sur la route qui s'enfonce au coeur de cette Galilée millénaire, on croise parfois, image immuable, un Bédouin poussant ses chèvres sur un sol ocre et rocailleux. Mais, quelques kilomètres plus loin, le centre de Yoqneam, entre Haïfa et Nazareth, évoque plus la Californie high-tech qu'un paysage biblique. Les collines sont hérissées de petits buildings de verre et d'acier qui affichent les sigles de quelques-unes des entreprises les plus performantes d'Israël. Et l'élégante secrétaire qui nous accueille au siège de la société Given Imaging parle un anglais appris à Berkeley.

Ici, on fabrique une capsule de science-fiction dont même Jules Verne n'avait pas eu l'idée. La PillCam, qui n'est guère plus grosse qu'une gélule d'antibiotique, embarque néanmoins une minicaméra, un éclairage, une batterie et un émetteur pour un voyage de l'oesophage à la sortie naturelle qui remplace de nombreuses endoscopies douloureuses et dangereuses. C'est parce qu'il mettait au point les systèmes de guidage du missilier militaire Rafael que l'officier-ingénieur Gaby Iddan a imaginé, il y a une dizaine d'années, ce petit vaisseau exploratoire des intestins. « Quand vous savez réaliser des vidéos dans un environnement hostile comme celui d'un missile en vol, vous pouvez miniaturiser cette technologie pour faire fonctionner une microcaméra dans un intestin », explique modestement l'inventeur.

Créée en 1998, Given Imaging est une entreprise cotée à Tel-Aviv et à New York, au Nasdaq, où elle est évaluée à 1 milliard de dollars. « Nous employons plus de 300 personnes », se félicite son PDG, Gavriel Meron. Cet économiste de formation, qui croit autant au marché qu'à son Dieu - il ne quitte jamais sa kippa -, souligne que son entreprise est bénéficiaire depuis l'an dernier. Given Imaging symbolise bien le redémarrage spectaculaire de l'économie israélienne, et aussi les incertitudes qui planent sur l'avenir : petite société à l'échelle mondiale, elle voit arriver avec crainte un concurrent japonais de poids, Olympus. Installée dans une région instable, cette start-up s'est sentie obligée d'implanter une « usine de réserve » en Irlande, au cas où la situation tournerait mal en Israël...

Car Israël est une force fragile. Le pays sort d'une crise grave, une récession économique aiguë où se sont conjuguées, au tournant de l'an 2000, l'explosion de la bulle Internet et les violences de la seconde Intifada. Isolé, petit en taille et en population - à peine plus de 6 millions d'habitants, dont plus de 1 million d'Arabes israéliens -, ce pays peut moins que les autres se permettre une aphasie économique. A chaque fois, c'est sa survie qui est en jeu. Son histoire et sa fragilité le condamnent à la croissance.

La récession - mitoun, en hébreu - est un mot qui fait peur ici. Après le formidable dynamisme des débuts, le premier mitoun survient en 1964. Il ne s'achèvera qu'avec la guerre des Six-Jours, en juin 1967. Pour revenir, encore plus brutal, avec les révisions stratégiques et les nouvelles dépenses militaires imposées par la grande frayeur de la guerre du Kippour, en octobre 1973. Israël doit alors reconfigurer à prix d'or son équipement militaire. Les déficits, l'endettement et une inflation galopante en seront les conséquences. Une situation tellement dangereuse que le travailliste Shimon Peres devra imposer un consensus national - réunissant autour du gouvernement les patrons et les responsables de la grande centrale syndicale Histadrout - pour enrayer les dérapages sans diminuer les crédits de défense.

Mais il faudra la survenue d'un miracle pour redresser vraiment la situation, explique Sami Friedrich, patron de Shaldor, le plus grand cabinet de conseil de Tel-Aviv. L'arrivée de plus de 1 million de "juifs russes" (d'ailleurs pas toujours juifs), à partir de la fin des années 80, va fournir un sang neuf et un moteur à l'économie israélienne. Près de 40 % ont une formation supérieure - médecins, ingénieurs, techniciens, économistes. Et, surtout, plusieurs centaines d'entre eux sont des "génies" des nouvelles technologies. » Aujourd'hui, quand on demande son chemin dans un des pôles technologiques qui ont fleuri à travers le pays, on ne s'étonne pas qu'on vous réponde en russe : si les immigrés sont loin d'avoir tous assimilé l'hébreu, ils maîtrisent parfaitement l'informatique, la biologie, la physique et les mathématiques.

Depuis 1991, 24 « incubateurs » - pépinières d'entreprises - ont été créés. Ils ont permis le lancement d'un millier de projets, dont plus de 45 % sont devenus de véritables entreprises de haute technologie, où l'on retrouve, outre les « génies » russes, tout ce qu'Israël compte d'inventeurs et d'hommes d'affaires.

Le Pr Shlomo Breznitz fait vingt ans de moins que ses soixante-dix printemps. C'est une publicité vivante pour CogniFit, la start-up qu'il a fondée en 1999. A partir des sciences cognitives, son entreprise a élaboré des tests et des exercices sur ordinateur qui stimulent le cerveau afin, notamment, de ralentir les effets des maladies d'Alzheimer et de Parkinson. En attendant cet usage médical, la méthode CogniFit a été déclinée plus modestement : elle est vendue aux auto-écoles pour évaluer et faire progresser les candidats au permis de conduire.

« Cette aventure, trop bizarre même pour les capital-risqueurs, n'aurait jamais été possible sans la politique d'aides du gouvernement : dix ans de crédit d'impôts parce que la société est installée en Galilée et un demi-million de dollars avancés par l'incubateur Naiot, spécialisé dans le matériel médical », explique Breznitz. Une partie de cet argent est fournie par le gouvernement via le Bureau de la direction scientifique, l'équivalent de notre Anvar, qui alloue chaque année quelque 400 millions d'euros de subventions à des entreprises innovantes. Naiot est l'incubateur le plus performant du pays. A 33 ans, Assif Stoffman en est le patron depuis bientôt quatre ans. Ce jeune homme ne sourit pas. D'ailleurs, ici, on ne sourit guère, comme si tout était trop grave. Il n'est pas jusqu'au traditionnel humour juif qui semble s'être mis en sourdine. Pourtant, Stoffman aurait de quoi se dérider : Naiot a levé 160 millions de dollars et accouché de plus de 40 entreprises viables.

Le secteur des biotechnologies et du matériel médical est un des autres points forts de l'économie israélienne : l'entreprise Teva, qui emploie 13 000 personnes, est ainsi le leader mondial des médicaments génériques. « Nous sommes un pays de serial entrepreneurs », commente Yahal Zilka, le responsable de Magnum Communications Fund, une de ces sociétés de capital-risque qui ont fleuri dans le sillage du boom technologique. « Ici, les gens ont le goût du risque et du mouvement. C'est l'association de la technologie, de l'argent, de la mobilité, d'un système légal favorable, de la volonté de gagner des marchés avec un lien privilégié avec les Etats-Unis qui explique nos succès », renchérit Yoram Oron, qui a créé Vertex, un autre fonds de capital-risque. Israël est le deuxième pays, derrière les Etats-Unis, pour l'importance du capital-risque : 10 milliards de dollars ont été levés entre 1992 et 2002, et 1,5 milliard en 2004 pour la seule haute technologie, plus qu'en France. Plus de 100 sociétés sont cotées au Nasdaq, ce qui place Israël en troisième position derrière les Etats-Unis et le Canada.

Les grandes entreprises américaines ont compris depuis longtemps l'intérêt de s'implanter ici. Au début des années 70, Intel, Motorola, Texas Instruments, IBM, Digital, National Semiconductor et, plus tard, Microsoft ont ouvert leurs premiers centres de recherches en Israël. Ils employaient alors quelques dizaines de chercheurs. Aujourd'hui, ils en font travailler des centaines. Car Israël peut se féliciter de posséder plusieurs universités ou centres d'excellence, comme l'Institut Weizmann, l'université Ben-Gourion ou le Technion d'Haïfa, qui forment de remarquables ingénieurs.

Mais le MIT de l'Etat hébreu, c'est d'abord l'armée. En particulier ses unités high-tech les plus secrètes. Tout le monde passe sous les drapeaux : trois ans pour les garçons et deux pour les filles. Ceux qui entrent dans les unités secrètes signent généralement pour six ans. A 18 ans, une telle expérience marque les personnalités. Elle explique le côté rugueux de la plupart des jeunes Israéliens. On n'apprend pas les bonnes manières dans les casernes. Ni quand on se fait tirer dessus. « Mais on y acquiert une maturité précoce, on apprend à décider vite, à assumer des responsabilités et à faire face au risque. Cela fait des gens très aptes à lancer des affaires », souligne Daniel Rouach, professeur à l'ESCP de Paris et au Technion d'Haïfa.

L'armée sélectionne les meilleurs pour ses centres de recherches et ses unités d'élite. Pendant longtemps, c'était un secret. Mais, aujourd'hui, c'est tout juste si le gouvernement n'en fait pas la publicité pour démontrer aux investisseurs étrangers que le pays a formé les troupes de choc du business moderne. Gadi Mazor, le PDG d'Onset, entreprise spécialisée dans la reconnaissance vocale, ne cache pas qu'il a passé plusieurs années dans la très secrète unité 8-200 de Tsahal. C'est de cette même « université » du renseignement que sont sortis les fondateurs de Nice Systems, société spécialisée dans la numérisation de données. Le patron de la Banque Mizrahi, Yacov Perry, est l'ancien chef du redoutable Shin Bet, la DST israélienne. De 1986 à 1994, son nom était secret d'Etat. Récemment, ce personnage à lunettes noires et crâne rasé a été la vedette d'une émission de téléréalité.

Le business de la sécurité est florissant. Après les vagues d'attentats de la seconde Intifada, les contrôles sont devenus omniprésents : un vigile, qui fouille les sacs, est posté à l'entrée de chaque lieu public. La vigilance est depuis longtemps une seconde nature et un business. Israël exporte ses systèmes de surveillance - caméras, scanners, systèmes d'identification, détecteurs d'explosifs. Des installations vidéo surveillent les rues sensibles, repérant grâce à des programmes informatiques tout ce qui peut ressembler à un comportement anormal. Big Brother veille, et bien peu s'en plaignent.

Mais surtout, le pays a refusé obstinément de céder à la peur. La vie nocturne de Tel-Aviv ne s'est jamais interrompue. En avril 2003, une bombe a explosé dans un bar à côté de l'ambassade américaine, tuant trois jeunes et en blessant une vingtaine. L'endroit, sur le front de mer, est à nouveau plein de monde. Dans le quartier des affaires, au pied des immenses tours de verre qui font des clins d'oeil à Manhattan, on ne compte plus les restaurants chics, japonais ou français. Bien qu'une bombe ait encore fait cinq morts dans un autre night-club, le 25 février, on se bouscule dans ces rues qui ont des allures du downtown new-yorkais.

L'argent, manifestement, ne manque pas. Au moins pour certains. Tous ceux qui applaudissent à la politique « thatchérienne » de Benyamin Netanyahou. Dès son arrivée au ministère des Finances, il y a bientôt deux ans, « Bibi » avait stigmatisé le poids excessif du secteur public (55 % de l'économie) et annoncé son intention de multiplier les privatisations. C'est chose faite pour l'essentiel du système bancaire, les ports, la compagnie aérienne El Al, la majorité du secteur coopératif, bientôt les télécoms et quelques éléments de l'industrie militaire.

« Son agenda a été très clair dès le départ : discipline budgétaire, réduction de l'Etat social au niveau des moyens disponibles, baisse des impôts et transformation des structures pour favoriser le développement d'une économie de marché », explique un de ses proches collaborateurs, Joseph Bachar, directeur général du ministère des Finances. Le déficit a été limité à 4 % par la loi, et les dépenses publiques ne doivent pas croître de plus de 1 % par an. Netanyahou a réussi l'exploit de créer des fonds de pension privés pour les retraites, d'en reculer l'âge (de 65 à 67 ans pour les hommes et de 60 à 65 ans pour les femmes), de réduire le montant des prestations sociales et de... diminuer les salaires des fonctionnaires. La mythique centrale syndicale Histadrout a dû manger son chapeau et accepter le plan de rigueur.

Netanyahou peut dire merci à l'Intifada. Les kamikazes palestiniens et l'état d'urgence créé de facto par le terrorisme ont contribué à faire passer ces pilules amères mais efficaces. La croissance est repartie depuis l'an dernier (plus de 4 % en 2004), la Bourse a grimpé de 100 % en deux ans, le tourisme est en pleine reprise et le chômage - qui reste trop élevé - est repassé sous la barre des 10 %.

Libéralisme, ouverture sur le monde, encouragements à l'investissement, privatisations et développement sans prise en compte des autres pays de la région, le programme de « Bibi » est bien loin du rêve travailliste d'un Shimon Peres qui, naguère, avait évoqué la création d'un « marché commun du Proche-Orient ». « Nous ne pouvons pas élaborer nos plans dans l'attente que les choses bougent », se justifie Joseph Bachar (2).

A Herzlia, banlieue nord de Tel-Aviv, on respire la réussite et l'argent. Les villas des nouveaux riches ne lésinent ni sur le marbre ni sur le kitsch. En bord de mer, des jeunes gens bronzés font du kitesurf. A l'ArCafe - une chaîne de bistrots modernes - comme dans les dizaines de nouveaux lieux qui ont éclos à l'ombre des buildings, jolies filles et jeunes entrepreneurs se croisent autour d'un cappuccino. Kobi Ben-Zvi a l'habitude d'y prendre ses petits déjeuners de travail. Après plusieurs années passées à Austin pour Motorola, cet ingénieur, qui a créé Wintegra, une start-up de semi-conducteurs, avoue qu'il a « été surpris » par Netanyahou. « Mais il a donné la liberté d'entreprendre, ajoute-t-il. C'est important, car il ne suffisait plus de partager la pénurie. »

Certes, mais c'est peut-être là le côté sombre de cette réussite. Israël, à l'image de ses modèles ultralibéraux, devient une société à deux vitesses. A côté des princes de la nouvelle économie, 20 % de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté. Certains jeunes soldats ne prendraient pas leurs permissions pour profiter de la nourriture de la caserne. « Un homme sur quatre, 10 % des ouvriers et 600 000 enfants sont pauvres, martèle Efraim Zilony, responsable du secteur économique de la Histadrout. Chaque année, les inégalités s'aggravent. » Même le patron des patrons, Shraga Brosh, admet qu'un « pays aussi isolé qu'Israël ne peut pas se permettre d'avoir près de 10 % de chômeurs ».

Tout cela semble bien étrange à Mme Chavale. A 72 ans, cette kibboutznik de la première heure parcourt, désenchantée et nostalgique, les baraques collectives aujourd'hui désertées du kibboutz Nasholim, au sud d'Haïfa. Dorénavant, les kibboutzniks préfèrent vivre dans des maisons particulières et travailler en dehors de la coopérative. Dans les champs, des immigrés thaïlandais ont remplacé les Palestiniens (3). Une partie des bâtiments ont été réaménagés en motel de luxe, avec 89 chambres louées entre 60 et 190 dollars la nuit.

Mme Chavale admet avec tristesse que l'idéal égalitaire des kibboutz « était peut-être une illusion ». « Il était difficile de traiter à égalité ceux qui travaillaient dur et ceux qui tiraient au flanc. Et compliqué d'accepter les ordres de certains quand on se considérait tous comme égaux. » Aujourd'hui, c'est grâce à cet hôtel et à son « manager » venu du privé que sa retraite est payée à la fin du mois. Et ce que Mme Chavale ne sait pas encore, c'est que Shamir Optical, l'entreprise high-tech d'un autre kibboutz, vient de faire son entrée au Nasdaq.

(1) Acronyme hébreu pour « armée de défense d'Israël ».

(2) Plus brutalement, l'éditorialiste de la revue américaine Atlantic Monthly, Benjamin Schwarz, écrit en mai que le mur a d'abord été « conçu comme un moyen de détacher Israël politiquement et économiquement d'une population palestinienne en croissance et qui s'appauvrit ».

(3) Officiellement, on compte 60 000 travailleurs immigrés en Israël, essentiellement venus d'Asie, mais on estime qu'ils sont deux fois plus nombreux.

Gil Shwed, de l'armée à Check Point

Ses mots crépitent comme les rouages d'une imprimante et il ne cesse de bouger sur son fauteuil comme s'il voulait s'en aller. Sympathique et mystérieux - il ne veut pas dire son âge (probablement 35 ans) -, ce jeune homme évolue dans un univers très secret puisqu'il est le n° 1 mondial des systèmes de sécurité sur Internet.

Comme Bill Gates, Gil Shwed a quitté l'université, trop pressé de réussir pour user ses culottes sur les bancs de la fac. A 12 ans, il décroche son premier job dans l'informatique, mais c'est à 18 qu'il passe aux choses sérieuses : il travaille dans les unités secrètes de Tsahal chargées de sécuriser les premiers systèmes informatiques.

Dès qu'il sort de l'armée, en 1993, il lance sa société, Check Point, avec deux copains, Shlomo Kramer et Marius Nacht. Ce sont eux qui ont inventé les fameux firewalls et tous les systèmes de sécurisation des réseaux informatiques. Un marché en pleine expansion et un succès qui pèse plus de 400 millions de dollars.

Diamants : une ambition de taille

Les immeubles de verre de Ramat Gan abritent le plus grand coffre-fort du monde : la bourse des diamants de Tel-Aviv, avec ses quatre tours, ses mille bureaux, ses cinq banques et ses douanes. Elle a vu le jour au milieu des années 60. En 2004, le marché du diamant représentait environ 20 % des exportations d'Israël (9,2 milliards de dollars pour les diamants polis et bruts, malgré la concurrence croissante des pays asiatiques). Ramat Gan est le premier centre mondial pour le commerce du diamant poli (5,5 milliards de dollars) et ambitionne de devenir la première place pour tous les diamants, devant Anvers, Londres et Johannesburg. Pour atteindre son objectif, l'Etat hébreu essaie d'avoir un plus grand accès à la production des pierres brutes, dont le commerce est dominé par le groupe De Beers. C'est donc, en Afrique et en Russie, l'occasion de grandes manoeuvres où se profilent nombre d'aventuriers, sur fond d'histoires dignes des meilleurs romans.

Zones de contacts

Pour encourager la coopération entre Israël et ses voisins, les Etats-Unis ont inventé les qualified industrial zones (QIZ). Ces zones industrielles implantées d'abord en Jordanie (depuis 1998), puis en Egypte, autorisent les exportations vers les Etats-Unis sans paiements de droits de douane, à condition que les produits incorporent au moins 11,7 % d'apports israéliens. Résultat : les exportations jordaniennes vers les Etats-Unis sont passées de 20 millions de dollars en 1997 à 1 milliard en 2004. L'accord avec l'Egypte a été signé le 14 décembre dernier. Plus de 400 entreprises sont d'ores et déjà concernées. Grâce aux QIZ, les exportations égyptiennes vers les Etats-Unis pourraient doubler en deux ans. « Les avions entre Israël et l'Egypte sont à nouveau pleins », assure Yair Shiran, responsable du programme au ministère israélien de l'Industrie. Depuis la signature de l'accord, deux manifestations ont eu lieu en Egypte. Non pour dénoncer l'« ennemi sioniste », mais pour réclamer l'installation de QIZ supplémentaires...


Israël, troisième «Etat américain» du high-tech Marc Cherki 24 mars 2006, (Rubrique L'actualité économique)(Le Figaro)

Les sociétés de capital-risque israéliennes rivalisent avec les plus grands groupes mondiaux. Elles bénéficient des retombées des recherches militaires et d'un réservoir important de chercheurs.

PLUS DE 1,3 milliard de dollars en 2005 ! Malgré un léger repli l'an dernier, les investissements des sociétés de capital-risque en Israël sont restés impressionnants. Le petit Etat se classe «en tête des pays européens» ou en «troisième position des Etats fédérés des Etats-Unis après la Californie et le Massachusetts», selon le centre d'études Israel Venture Capital. Mieux, rapportées à la richesse nationale, les dépenses en recherche et développement sont les plus élevées des pays riches. «A 4,8% du PIB, devant la Suède avec 4,1%», précise Yair Ofek, le directeur général adjoint de l'Institut israélien du commerce extérieur. Une analyse confirmée par les experts de l'OCDE : ils classent Israël loin devant la Finlande, le Japon et les Etats-Unis.

«L'innovation est notre seule chance pour survivre dans un environnement très compétitif», justifie Orna Berry, partenaire du fonds israélien Gemini et ancien «chef scientifique», la personne chargée de distribuer les fonds publics et d'accorder les exonérations fiscales aux entreprises innovantes.

Ce climat est favorable à l'éclosion de «jeunes pousses», en particulier dans les technologies de l'information, de la communication et des biotechnologies. Les sociétés d'électronique, au sens large, absorbent l'essentiel des fonds. Ce terreau favorable s'est développé grâce à «un nombre record de diplômés en sciences fondamentales, à 140 pour 10 000 habitants», note Yair Mitay, le directeur général de Matimop, un institut de promotion de la recherche. Même l'arrivée au début des années 90 d'un million d'immigrés des pays de l'Est (pour une population actuelle de 6,8 millions) n'a pas affecté cet équilibre : le taux de diplômés est élevé parmi les Russes et les Ukrainiens arrivés en Israël.

Les entreprises explorent «souvent des domaines issus des recherches militaires», précise Orna Berry. Spécialisée dans l'électronique de défense, Elbit Systems a par exemple développé des compétences internationales dans les voitures et les avions sans pilote. L'entreprise a aussi participé à l'élaboration de capteurs sismiques et thermiques qui truffent le mur séparant Israël de la Cisjordanie et de Gaza. Le pays compte plusieurs champions mondiaux, tels Amdocs, Comverse, Mercury Interactive, DSPG ou Chromatis acheté 4,8 milliards de dollars par Lucent.

Les entreprises de la «rue de demain»

Checkpoint Software est le premier éditeur de logiciels «pare-feu» au monde, qui protègent contre les intrus un micro-ordinateur ou un téléphone mobile connecté à l'Internet. La légende veut que son avance ait été acquise grâce aux chiffrements réalisés par ses créateurs pendant leurs trois années de service militaire. Une thèse infirmée par Marius Nacht, un des fondateurs de Checkpoint.

Il n'empêche, dans les télécommunications, «nous avons tous travaillé pour le ministère de la Défense. Ainsi, nous avons eu l'idée de développer des connexions sans fil de point à point, sans avoir besoin d'acheter une licence pour diffuser les communications», reconnaît Adi Nativ, vice-président de RadWin. C'est un moyen de désenclaver des villages d'Afrique du Sud, d'Inde ou de déployer un vaste réseau Wi-Fi (Internet sans fil) à Taipeh. RadWin est l'une des nombreuses entreprises de la «rue de demain», dans le quartier de Kiriat Atidim, dans la périphérie de Tel-Aviv. A deux blocs de là, Tzika Friedman, le directeur général d'Alvarion, revendique 70% du marché naissant du Wi-Max, une technologie utilisée pour connecter à longue distance des ordinateurs et des téléphones mobiles à l'Internet rapide (1 à 60 km). Ses équipements sont commercialisés notamment par Alcatel, Siemens et Lucent. Le responsable d'Alvarion évalue son marché «à 700 millions de dollars cette année et entre 1 et 2 milliards dans trois ans». Il avance un chiffre de 20 milliards vers 2012.

Une stratégie de «niches»

Ces exemples témoignent de la stratégie de «niches» explorées par le high-tech israélien. Tous les projets n'aboutissent pas. Mais la capacité de rebondir des dirigeants est un des éléments avancés pour expliquer le dynamisme du capital-risque en Israël. Le but ultime est d'introduire la start-up sur le Nasdaq, aux Etats-Unis, ou à défaut à la Bourse de Londres.

Les investissements sont toutefois moins importants que lors de la bulle Internet. En 2000, les sociétés de capital-risque avaient dépensé 3,7 milliards de dollars. A présent, «les géants des télécommunications et de l'électronique investissent dans les entreprises israéliennes à travers des fonds, à côté de grandes banques américaines et britanniques», souligne un investisseur. Les risques sont partagés. La kyrielle de sociétés technologiques constitue des proies de choix pour les grands groupes. De plus, IBM, Microsoft, Intel, Motorola et Samsung ont au moins un centre de recherche ou une usine en Israël. Ce n'est pas le cas du finlandais Nokia, présent uniquement à travers un fonds d'investissement. Pourquoi ? «Pour respecter l'embargo sur Israël imposé par les pays arabes», affirme un expert.

De fait, les Emirats arabes unis sont la plaque tournante pour les téléphones mobiles du numéro un mondial au Moyen-Orient. En Israël, la vie des affaires n'est jamais trop éloignée du contexte géopolitique... même si, assure Yair Ofek, le high-tech évolue au rythme de l'économie mondiale.


Intel : premier exportateur et investisseur du pays

M. C. 24 mars 2006, (Rubrique L'actualité économique)(Le Figaro)

Première entreprise exportatrice d'Israël depuis trois ans, Intel conçoit les microprocesseurs pour ordinateurs portables et les «puces» pour téléphones mobiles.

L'HISTOIRE d'Intel en Israël sort du commun. Présente dans le pays depuis le 20 juin 1974, la filiale est devenue, par sa taille, la première du groupe américain. La firme compte dans le pays 6 600 salariés, quatre centres de conception dont ceux pour ses produits «mobiles», deux usines et une troisième en construction. Elle est depuis 2003 la première entreprise exportatrice d'Israël, devant le fabricant israélien d'avions et le discret groupe local d'électronique militaire Elbit. «Avec des exportations comprises entre 1,4 et 1,5 milliard de dollars en moyenne ces dernières années», précise Alexander Kornhauser, le directeur général du groupe américain en Israël.

Pourtant, l'aventure d'Intel dans le pays débute difficilement. En octobre 1973, la guerre du Kippour contrarie les plans de la firme de Santa Clara. Elle suspend son projet d'installation dans le sud du pays. Né six ans plus tôt sous le soleil de la Silicon Valley, Intel est encore une start-up. La société californienne vient de livrer à un fabricant japonais de machines à calculer son premier microprocesseur. Il fera sa fortune : cette famille de «puces» équipe 80 % des micro-ordinateurs dans le monde.

Intel se résout à installer sa première filiale à Haïfa en créant un centre de développement de quatre personnes. C'est une révolution dans la culture du groupe. La firme est alors centrée sur les seuls Etats-Unis. Au fil des ans, la filiale israélienne prend pourtant du poids. En 1985, elle accueille la huitième usine du groupe américain et «la première construite hors des Etats-Unis», se rappelle Alex Kornhauser.

Un investissement de 3,5 milliards de dollars

Le premier site est créé à Har Hotzim, à côté de Jérusalem. Miracle : l'usine tourne toujours, même si sa technologie est ancienne. STMicroelectronics a fermé les usines de cette génération ; le site israélien est sauvé, car sa production est achetée par l'équipementier automobile allemand Bosch. Intel dispose d'une deuxième usine en Israël, baptisée Fab 18, la dix-huitième du groupe en 1999. «Selon la kabbale, le nombre 18 veut dire «en vie» et 28 signifie «puissance» !», précise le directeur général. La 28e usine du groupe est en construction à Kiryat-Gat. Elle débutera sa production dans un ou deux ans. L'investissement est colossal : 3,5 milliards de dollars, un nouveau record pour le pays. Pour la première fois, Intel exportera sa dernière technologie de production, une méthode qui vient juste d'être élaborée dans une usine en Oregon.

Au total, Intel a investi 5,7 milliards de dollars pour sa production, y compris 1,3 milliard de subventions directes du gouvernement israélien. La société a bénéficié «d'exonérations fiscales, pendant deux ans, puis d'allégements d'impôt sur les sociétés pendant treize années supplémentaires», complète le responsable de la filiale. Enfin, le groupe a acquis de nombreuses sociétés locales, notamment DSPC pour 1,6 milliard de dollars en 1999 et Envara pour 50 millions en 2004. A l'instar d'autres géants du high-tech, Intel fait ses emplettes pour compléter son savoir-faire. C'est ainsi que la firme a élu Israël comme terre d'accueil pour son centre d'expertise mondial pour les «puces» des téléphones mobiles.

Un haut niveau de formation

Après avoir élaboré dans ses laboratoires de Haïfa la famille de microprocesseurs Pentium MMX et Centrino, utilisés dans les ordinateurs portables, Intel conçoit ses autres «puces mobiles», notamment le «dernier processeur DualCore pour le MacBook Pro d'Apple», assure Alex Kornhauser. Les technologies Wi-Fi et Wi-Max d'Intel, pour se connecter à l'Internet rapide, sans fil, avec un ordinateur portable, sont aussi conçues en Israël.

«Le soutien financier du gouvernement, l'université de technologies de Haïfa et le haut niveau de formation dans le pays expliquent notre développement ici», résume Alex Kornhauser. Et d'ajouter : «Dov Frohman a aussi joué un rôle primordial. Il a démarré et présidé la filiale en Israël, après avoir inventé, en 1971, aux Etats-Unis, la première mémoire électriquement programmable, appelée Eprom», souligne son successeur depuis six ans. Le professeur Frohman a immigré en Israël où, pour son plaisir, il pilote seul sa moto et son avion.


Bulle d'air high-tech - Libération
Par Didier FRANCOIS - Libération (Pascal Rosenfeld)

Source Libération
Au pied du mont Carmel, le Matam abrite les labos des cadors mondiaux de l’informatique. Ce filon de matière grise, qui attire une ruée d’investisseurs occidentaux, place Israël en troisième position derrière les Etats-Unis et le Canada, pour ses cotations au Nasdaq.

Au pied du mont Carmel, le Matam abrite les labos des cadors mondiaux de l’informatique. Ce filon de matière grise, qui attire une ruée d’investisseurs occidentaux, place Israël en troisième position derrière les Etats-Unis et le Canada, pour ses cotations au Nasdaq.

par Didier FRANCOIS - LIBERATION QUOTIDIEN : jeudi 23 mars 2006 – Haïfa, envoyé spécial

Joyau de l’économie israélienne, le Matam, centre des industries scientifiques, s’est ciselé un écrin à la mesure de son succès. Au pied du mont Carmel, en bordure de Méditerranée, un incroyable «parc de haute technologie» s’élève désormais sur une ancienne friche de 20 hectares en lieu et place de vieux hangars portuaires. Coulés dans la verdure, temples modernes entièrement dédiés à la recherche de pointe, deux dizaines d’immeubles en béton brut et verre fumé abritent les laboratoires de tous les principaux acteurs du secteur informatique mondial.

Les géants du marché international, Intel, Microsoft, Philips, Motorola ou Hewlett Packard, côtoient ici les jeunes entreprises les plus dynamiques du pays, Elbit Systems, ChipX, Zoran, Zim Ofer. Dans cette pépinière à idées neuves, pas moins de 6 000 chercheurs, des ingénieurs, des techniciens, pionniers dans leur domaine, travaillent à développer aujourd’hui la trouvaille géniale qui fera l’ordinaire de demain. Et ce filon de matière grise attire en Israël une ruée d’investisseurs, spécialistes en capital-risque, en quête de la prochaine pépite électronique. Une source de revenus inestimable pour un pays lourdement handicapé par le coût d’un interminable conflit.

Petits génies embauchés à bon prix

Dans le cocon du Matam de Haïfa, les échos des accrochages dans les Territoires palestiniens occupés arrivent tout aussi étouffés que sur les postes de télévision californiens de la Silicon Valley. A l’image de son modèle américain, le monde du high-tech israélien vit dans une bulle confortable où les soucis du quotidien sont réduits à leur plus simple expression.

L’attention des employeurs semble sans limites pour que leurs petits génies, embauchés à bon prix, puissent se concentrer sur l’accomplissement de leurs rêves numériques. Aucun détail n’a été laissé au hasard. Chacun dispose d’une place de stationnement nominative.

Le Matam réserve à l’usage de ses hôtes une station-service et un garage, une clinique, une banque, un bureau de poste et une agence de voyages. Cerise sur le gâteau, une crèche de onze classes peut accueillir jusqu’à 350 chérubins âgés de 3 mois à 6 ans. Bezeq, la compagnie israélienne de téléphone cellulaire, gère un central de communication à très haut débit quand la municipalité affecte, en permanence, deux transformateurs électriques aux seuls besoins en énergie du parc.

Les rares pauses que s’accordent les informaticiens se prennent sur le pouce au Machinetta Coffee Shop. Ce bar aux allures de cafétéria est situé dans le hall de la Matam Towers 1, un immeuble de bureaux aux grands espaces traversés de passerelles reliées entre elles par des ascenseurs intérieurs en acier gris. Les murs s’élèvent en abruptes parois chaulées d’ocre rouge.

Dans cette ambiance, un poil Star Trek, des haut-parleurs, que dissimulent des palmiers cultivés en bacs, diffusent des chansons de Brassens et d’Edith Piaf. Aux tables alentour, personne ne s’en étonne. L’anglais domine dans des conversations mâtinées de tous les accents concevables, hébreu, américain, russe ou français. Les tenues sont décontractées, mais chacun porte, passé autour du cou, un badge plastifié indispensable pour circuler entre les divers contrôles de sécurité.

Bienvenue sur la planète high-tech, berceau de la mondialisation, laboratoire de notre futur, où l’expresso se boit avec sucrettes, coupé de lait crémeux.

«Monde à part»

«Au Matam, tu te sens quelqu’un de spécial vivant dans un monde à part, admet bien volontiers Avi Ohana, embauché par Intel sur un salon d’informatique à Paris dès la fin de ses études. Tu trouves ici toutes les nationalités possibles, des Indiens, des Argentins.

Pour communiquer, on utilise comme des fous Babylon, un logiciel de traduction simultanée inventé en Israël. Les boîtes multinationales sont totalement ouvertes. A Intel, on travaille même avec des Arabes. Les sociétés israéliennes en revanche leur refusent tout accès. Elles ont toujours un lien avec la Défense.

A table, lors des gros événements, on parle de politique, ce qui serait impensable dans les laboratoires aux Etats-Unis. Ça ne pose aucun problème, le milieu du high-tech israélien tend plutôt vers le centre, c’est une sorte de miroir de la société israélienne mais sans ses extrêmes et beaucoup plus libéral d’un point de vue économique. Dans l’ensemble, on discute bien plus de nos salaires ou de football que de politique.»
Avi connaît son affaire.

Ce spécialiste en architecture des microprocesseurs a atterri à Haïfa il y a douze ans. Le numéro 1 mondial de la puce informatique avait des besoins énormes. 2000 employés travaillent à Haïfa dans son centre de développement spécialisé dans les unités centrales pour ordinateurs. «Le processeur Centrino a été développé ici, souligne Avi, et nous mettons la touche finale au projet qui va remplacer le Pentium», le processeur qui équipe la très grande majorité des ordinateurs dans le monde.

D’ici quelques mois, l’essentiel de la production d’Intel sortira de ses chaînes israéliennes. L’entreprise américaine possède déjà deux usines dans le pays. Celle de Kiryat Gat fabrique des cartes de mémoire flash. Une nouvelle ligne est en cours d’achèvement; elle traitera les applications issues de la nanotechnologie et produira de minuscules transistors bien plus fins qu’une feuille de papier à cigarette.

Prévue pour ouvrir au second semestre 2008, cette usine emploiera 2 000 techniciens à la fabrication de plaques de silicium. Intel aura alors déboursé la somme astronomique de 3,5 milliards de dollars, faisant du projet Fab-28 le plus important investissement industriel de l’histoire de l’Etat hébreu.

Lors de la signature, en décembre dernier, le gouvernement israélien a annoncé l’octroi de 525 millions de dollars en crédits pour financer l’achat du terrain et une aide de 600 millions de dollars pour la modernisation de l’usine existante. Un effort considérable pour le budget du pays. «Nous avons eu un débat très intense sur la question de savoir si nous devions apporter à Intel l’aide nécessaire à son investissement», reconnaît Ehud Olmert, qui assure l’intérim du Premier ministre Ariel Sharon, mais qui a soutenu à bout de bras ce projet au cours des deux dernières années à la tête du ministère de l’Industrie puis de celui des Finances.

«Le fait que l’on puisse, aujourd’hui, investir 5 milliards de dollars en Israël, c’est aussi affirmer que le Hamas ne nous fait pas peur, que le terrorisme ne nous effraie pas et que l’on a confiance dans l’Etat d’Israël, son gouvernement, son peuple et sa stabilité économique, souligne-t-il. Intel a été la première compagnie à y investir, il y a plus de trente ans, ouvrant la voie à IBM, Motorola ainsi qu’à d’autres entreprises venues du monde entier. Et aucune d’elle n’a jamais eu à le regretter.»

L’économie locale n’a pas eu plus à s’en plaindre. Ses partenaires internationaux se sont révélés d’une grande fidélité lors de la récession qui a frappé le pays de 2000 à 2003, conjugaison d’une reprise de l’Intifada palestinienne et de l’éclatement de la bulle spéculative dans les start-up du high-tech. La croissance est repartie depuis 2004, avec un taux supérieur à 4 . Et la reprise s’est confirmée avec une croissance de 5,2 en 2005, selon le Bureau central des statistiques.

Plus de 100 sociétés israéliennes sont cotées au Nasdaq, ce qui place Israël en troisième position derrière les Etats-Unis et le Canada. Les investissements étrangers se sont élevés à 9,7 milliards de dollars l’an dernier, en hausse de 67 . Cet afflux a dopé la Bourse dont les principaux indices ont progressé de quelque 30 en 2005. Et Israël talonne désormais les Etats-Unis pour l’importance du capital-risque.

Cet exceptionnel dynamisme de la haute technologie israélienne creuse aussi sûrement le fossé avec une société palestinienne rendue exsangue par l’Intifada que le mur de sécurité érigé autour des territoires occupés. D’autant que le conflit ne semble pas totalement étranger à ce nouvel élan économique. La perméabilité entre recherche militaire et applications civiles compte au nombre des raisons qui contribuent au succès du high-tech israélien.

Ainsi les cartes de mémoire flash produites à Kiryat Gat sont une invention conçue au départ par l’armée de l’air pour équiper ses avions de chasse avec une base de données mécanique et compacte qui résiste aux conditions extrêmes du pilotage de combat. «Une solution technique développée pour les militaires finit toujours par trouver un débouché dans le civil», souligne Amit Mendelsohn, concepteur de logiciels passé lui-même de l’armée au civil, et rédacteur de Chief, une newsletter en hébreu.

Expérience acquise à l’armée

«Prenons l’exemple de la sécurité des données et de leur transmission. C’est un secteur dans lequel les Israéliens sont leaders à travers une entreprise comme Check Point, explique Amit Mendelsohn. L’un de ses trois fondateurs, Gil Shwed, a conçu le premier pare-feu en 1993. Il a entamé des études à l’université de Jérusalem, mais a acquis toute son expérience au cours de ses trois années passées sous les drapeaux. Chaque année, des dizaines de jeunes arrivent sur le marché de la recherche, munis de leur diplôme militaire et d’une solide expérience dans les domaines de pointe.»

«J’ai commencé l’informatique lorsque j’avais 15 ans, car mon lycée avait signé une convention avec l’université de Tel-Aviv, raconte un spécialiste des logiciels de télésurveillance sans fil. A 18 ans, j’ai rejoint une unité des renseignements militaires chargée de la récolte des données électroniques. C’est là que j’ai acquis mon expérience de recherche. En fait, quand un problème pratique se pose, nous apprenons à chercher des solutions qui ne soient pas conventionnelles ou auxquelles l’adversaire ne va pas penser. Les chefs vont alors mettre en place de petites équipes pluridisciplinaires en fonction des besoins. Ils peuvent également mettre plusieurs équipes en concurrence.

Ce type de fonctionnement très souple, autour de la recherche d’une idée et de son application, est en fait très proche du mode de fonctionnement d’une start-up.»

L’arrivée massive d’immigrants quittant l’ancienne Union soviétique, à partir de 1990, a considérablement renforcé le potentiel de recherche d’Israël. «Les Russes devaient faire face au même problème que les Israéliens, souligne Avi Ohana, dû à leur manque chronique de moyens, il leur fallait se démener pour trouver des solutions technologiques originales et peu coûteuses. Elle est là notre force. En Israël, on a la hutzpa, le toupet qui manque aux Américains. Les jeunes ici veulent réussir. Et les Israéliens veulent toujours faire mieux que les Américains. Le high-tech, ici, c’est une sorte de fierté nationale.» -PR-


15 aôut 2003 / 11h11

- La Silicon Valley en Israël

Malgré le ralentissement dont sont victimes depuis l’an 2000 les secteurs de pointe et la recherche, l’État d’Israël a pu devenir au fil des ans un véritable laboratoire de high-tech.

« La Silicon Valley californienne n’a qu’un seul concurrent sérieux à l’extérieur des États-Unis : Israël », faisait d’ailleurs remarquer au milieu des années quatre-vingt-dix “Newsweek”. Décryptage d’un succès qui ne s’est jamais réellement démenti.

Le magazine américain rappelait alors que l’État hébreu, qui égalait presque les USA en nombre d’entreprises high-tech créées chaque année, pouvait être classé au quatrième rang mondial des puissances technologiques.
Il faut dire que le montant des exportations de ce type de produits fabriqués par les quelque 2 000 firmes du secteur high-tech israélien a augmenté de 2,8 milliards de dollars en 1990 à 12 milliards en 1999, soit 75 % des biens vendus cette année-là à l’étranger. Ce chiffre est aujourd’hui retombé à
63 %.
De 1997 à 1999, les sommes investies dans ce domaine ont triplé (de 430 millions de dollars à 1,3 milliard). Quant aux capitaux étrangers, ils sont passés de 240 millions en 1995 à presque 3 milliards en 1999, pour rechuter en l’an 2000.
Clé de cette réussite de l’unique démocratie du Proche-Orient : alors qu’il ne disposait presque pas de ressources naturelles qui lui auraient permis de développer une industrie lourde classique, l’État hébreu a dû exploiter, par « instinct de vie », la créativité persistante de son esprit pionnier, notamment en matière d’agriculture et d’armement, tous deux essentiels pour sa propre survie et son indépendance.
Il a aussi su faire fructifier les retombées civiles de ses industries de défense, et utiliser au mieux l’immense savoir-faire des nouveaux immigrants russes arrivés dans les années soixante-dix et 90 : soit 80 000 ingénieurs et techniciens.

Inventivité juive

De plus, ses décideurs inspirés ont fait des choix structurels qui ont permis de mettre presque naturellement en relation les départements de recherches des grandes universités - souvent pourvus d’instituts spécialisés de haut niveau - avec les sociétés qui officient dans l’informatique, les télécoms, les fibres optiques, l’aéronautique, la biotech ou encore la médecine ; sans oublier les fermes des kibboutzim et moshavim.
Autant de succès favorisés par la création de parcs industriels, tel celui de Téfen en Haute-Galilée qui a déjà fait des émules, et la multiplication des « serres de technologie », véritables pépinières d’inventions dont les plus concluantes sont aussitôt exploitées dans l’industrie privée grâce à un système de « capital-risque » financé essentiellement par l’État. Ainsi, depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, près de 500 projets ont été agréés par les ministères et plus de 200 ont séduit des partenaires afin d’assurer leur commercialisation dans les normes en vigueur.
Résultats : dès 1996, Israël se trouvait au cinquième rang mondial en terme de nombre de brevets déposés par habitant. Depuis, la récession économique qui sévit au plan mondial depuis trois ans et la crise internationale du high-tech due en partie à la chute du NASDAQ à la bourse de New York, ont sensiblement affecté les exportations israéliennes, avec pour conséquences une baisse des investissements et des profits ainsi qu’une vague de licenciements sans précédent.
Or, malgré ce reflux, que nombre d’experts qualifient de conjoncturel, le formidable potentiel développé depuis trois décennies et l’inventivité juive illustrée par les quinze exemples exposés dans ce dossier devraient reprendre le dessus. On s’attend même à ce que les résultats de secteurs comme la biotechnologie quadruplent d’ici 2010. Bref, l’avenir s’annonce prometteur.

Richard Darmon


Despite war, experts say Israeli high tech investment to stay strong
By David Brinn July 20,

The current Israel-Hizbullah war may be creating political turmoil for the United States, but for American venture capital funds, Israel is holding steady as a desirable location for high tech investment.

Last week, 40-year-old Boston-based VC firm Greylock Partners announced the launching of the Greylock Israel fund which will invest $150 million in Israeli technology startups. The firm, which had invested in eight Israeli companies through previous funds, said that Greylock Israel is its first fund dedicated exclusively to investments in Israel.

"This is a natural progression of the Greylock Israeli strategy and a result of both a bullish view on the Israeli venture opportunity, and the changing requirements of supporting young companies here," said Greylock partner Moshe Mor who has relocated to Israel to run the fund from the company's Herzliya offices. "Successful Israeli technology companies are increasingly focusing on the global markets, and are often keeping their headquarters in Israel. With the launch of a dedicated fund and the strengthening of our local presence in Israel, we are well positioned to support Israeli entrepreneurs wherever they choose to operate."

A spokesperson for Greylock said the Israeli partners want to put Greylock's money to work in early-stage companies in fields like information technology, communications, consumer and Internet content, and digital media. The firm's previous investments in Israeli companies included Red Bend Software, database aggregator HyperRoll, and Siliquent Technologies, a networking company acquired by Broadcom last year. Formed in 1965, Greylock has contributed to the early-stage investments of over 300 companies, including Ascend Communications (now part of Lucent Technologies), Red Hat, and DoubleClick. The firm has assisted in developing more than 125 companies into successful, initial public offerings and, as a whole, has a current commitment of over $2 billion in capital across its investments.

"[The Greylock investment) is part of a trend," Israel Finance Ministry official Roni Hershkovitz told ISRAEL21c.

Venture capital investment in Israeli start-ups in the second quarter increased 12 percent over the first quarter and 4 percent over the second quarter of last year, according to information released last week by the Israel Venture Capital Research Center.

The center, which issues quarterly reports, said 109 high tech companies raised a total of $404 million in the April-to-June period from Israeli and global investors. Israeli technology companies raised $360 million in the quarter ended March 31, and $387 million in the quarter ended June 30, 2005.

In addition, the report stated that the percentage of foreign capital coming into Israeli start-ups was up as well. Israeli investors accounted for only $154 million, or 38%, of the investment dollars coming into new companies. The remaining $250 million came from foreign investors.

"Non-Israeli-VC investors are showing more interest and involvement in Israel," said Guy Holtzman, general manager of IVC Research Center. "We are experiencing a reawakening in the activity of Israeli investment companies and private investors as well as that of foreign investors."

Hershkovitz, in charge of overseas economic information, said that it was too early to tell whether the current situation between Israel and Lebanon would have an effect on future investments. However, he was optimistic that - based on past turbulent periods - foreign investors would make the distinction between the violence on the ground and the fundamental stability of the Israeli high tech industry.

"For example, if you take the Intifada from 2000-2005, or either of the Gulf Wars, we can see that there were certain influences, but they were never dramatic. Foreign investments, especially in the high tech sphere, kept their inflow," he said.

"Assuming that the current situation does not drag out and become a war of attrition, then I don't see any reason why high tech investments won't continue. There's a natural gut feeling for the stock exchange to drop when there are missiles flying, but in the long run, the Israeli economy always proves itself, and is always resilient. That's the rationale to keep investing in Israel; the results speak for themselves. Despite what's going on, Israeli investments are reliable and also stable."

That sentiment was echoed by Isaac Applbaum, a founding partner of California's Opus Capital. In his current position and previously as a Partner and Managing Director for Israel at Lightspeed Venture Partners, Applbaum has extensive experience focusing on Israeli-based investments.

"During the Intifada - which was way worse than what is going on now - prices on Israeli deals stayed completely stable. That means the confidence level in Israeli entrepreneurs and tech companies was as good as it was during normal times in Israel. Therefore, I don't believe the current situation will have any negative effect on Israeli high tech or the VC community," he told ISRAEL21c.

"The only caveat to that is that is that during this time, fewer people will come, which means deals might take a bit longer to close."

Hershovitz also pointed out that the global high tech situation is in a much better position than it was in 2000, a factor which bodes well for Israel's ability to weather the current storm.

"Today, compared to other time periods, the starting point of the global situation is better. In 2000, we had a global high tech crisis, a NASDAQ crisis, and the global high tech market was in a downtrend to say the least," said Hershkovitz. "That's not the situation today, and the global outlook is very important to Israeli markets in general and to the high tech market in particular."

Mark G. Heesen, the president of the National Venture Capital Association in Arlington, Va, told The Boston Globe that firms without any experience in the Israeli market may be hesitant about investing now, but that firms that have invested there in the past will probably continue doing so.

"Anything that disrupts the normal flow of things is a concern. But when has there been a quiet time in Israel? It's part of life there that there's some strife going on. Still, many would say if there's going to be another Silicon Valley anywhere outside the United States, Israel would be the ripest place," said Heesen.

Greylock's spokeswoman Mary Kae Marinac said that potential investors just have to get used to the volatile nature of the region and realize that it won't affect business.

"Venture investing is a business of measured risk. Violence is an unfortunate fact of life at times [in Israel], but it does not change Greylock's fundamental belief in the strength of the opportunity the country represents," she told Dow Jones.

Opus's Applbaum, who recently brought 40 representatives of US pension funds to Israel to learn about investment opportunities, is bullish on the current and future state of Israeli investment.

"The bottom line is that the VC business will continue to be very strong. There's plenty of available capital, a great deal of interest among US venture capitalists and a lot of great deal flow going on."

According to the Finance Ministry's Hershkovitz, it comes down to a difference between short-term and long-term thinking.

"If groups and VC funds are thinking about the long run, and aren't thinking about short-term profits from one or two months, then the logic says they'll keep on looking for business opportunities they'll benefit from. And Israel is one of those places. It's true for today, and for the future as well."


Israel's goals:Giving Hezbollah a lesson they will never forget

A race against the clock

By Yoel Marcus (Haaretz)

War breeds leaders, but it also kills them off. It all depends on how things turn out. For the moment, the decision that Ehud Olmert and Amir Peretz, under the spell of Dan Halutz, made to go to war against Hezbollah has catapulted them onto the stage of "A Star is Born." Over 80 percent of the public supports Operation Change in Direction, and over 70 percent approve of Olmert and Peretz as the leaders of the attack on Hezbollah-stan.

At the same time, a mutual love affair has blossomed between the home front and Israel's leaders. In contrast to the "drink some water" panic that seized the nation when the Scuds fell in 1991, the home front has been keeping its cool under the barrage of missiles that began on the northern border and moved on to Haifa. The home front continues to have faith in the government, mainly because of the consensus that Israel's actions are justified. The leaders reciprocate by praising the home front and laying the flattery on thick: Your stamina is what gives us the strength to go on. The trouble with these love affairs between the home front and the government is that they tend to be short-lived. Again, it depends on how things turn out.

The support expressed by America and many other countries, including a number of Arab nations, fortifies Israel and bolsters the justness of its cause. This broad backing for a military maneuver is hardly the sort of thing that happens to Israel every day. The reversal of the old refrain about the whole world being against us in certainly music to our ears, even if we know it is not forever.

On the other hand, it is no secret that going into Lebanon is easier than getting out. It took us 18 years to leave Lebanon after an operation that Ariel Sharon assured opposition leaders Yitzhak Rabin and Shimon Peres would take all of 48 hours. We can only hope that the government is weighing all the dangers involved in sending massive ground forces into Lebanon before it reaches a decision.

The air force claims that no ground force could do what its sophisticated technologies have been able to do. And anyone who says that no war has ever been won by air operations alone is wrong, in their opinion. The Gulf War was won without sending ground troops into Iraq.

So when can we say that the goals of the operation have been met? When an agreement is imposed that creates a buffer zone, manned by an international force and Lebanese troops, along the international border and keeps Hezbollah from setting foot south of the Litani River. While Hezbollah as a terror organization cannot be physically wiped out, because the Shiites are a part of the Lebanese people, it can be neutralized as a military opponent.

Unlike Operation Peace for Galilee, Israel has no plans to replace governments or install presidents or kings. Our sole objective is not to have troops who take orders from Iran and Syria grooming their mustaches on our border. From every possible angle, this is a defensive campaign. Israel's air strikes in Lebanon are justified, because Lebanon is responsible for allowing an armed force to sit on its international border and carry out attacks against Israel.

It is not clear how much the architects of Operation Change in Direction knew when they sat together and contemplated Israel's moves behind closed doors. Did they have advance knowledge of the quantity and quality of high-trajectory missiles that Hezbollah had stashed away? Did they know that Hezbollah would have the audacity to fire dozens, if not hundreds, of every kind of missile and rocket at Israeli towns and cities, day after day? Did they anticipate that dozens of Israelis would be killed and hundreds wounded? That the attacks would sow fear and destruction, leading tens of thousands of people to flee their homes? That plans were in the offing to fire missiles at Tel Aviv? A government spokesperson says that Hezbollah retaliation was taken into account. Maybe it was, and maybe it wasn't. But again, the end result is what counts.

In the meantime, Hezbollah is being surprisingly bold. America and the G8 may support Israel and cook up a ceasefire agreement, but Hezbollah as a militant organization is not going to disappear. A decisive victory is not in the cards. Even if the air force makes mincemeat out of them, they will not surrender. If Hassan Nasrallah is bumped off, a new idol will take his place.

Operations like this do not accomplish everything in one fell swoop. The important thing is that the beating Israel gives them sinks in and traumatizes them to the point where they will not be back on their feet anytime soon. But whatever we do, it had better be soon. Before the planners of the operation lose their faith in the home front. Before America says stop. As of now, it is a race against the clock


On Israeli TV (Channel 2),
Israelis from Israel interviewed a Lebanese woman living in Beyrouth.She said that it was very difficult , but the only quarter harmed severely in Beyrouth is the Shiite Quarter in South Beyrouth.This is a stronghold of the Hezbollah.She added that she understands Israel's actions and she blames the Hezbollah.Many Lebanese people understand or even support Israel's actions.


Injured Lebanese woman to be treated in Israel,7340,L-3279817,00.html

(VIDEO) MDA ambulance takes injured Lebanese woman from Maroun al-Ras to Safed hospital. Hospital deputy director-general: Most likely hurt by bullet wound to the chest
Miri Chason

VIDEO - Saturday, for the first time since the onset of the conflict on the northern border, a Magen David Adom rescue team brought an injured Lebanese woman to the Ziv Hospital in Safed. IDF forces transferred her to the MDA team at the Avivim crossing on the Israel-Lebanon border, at which point she was immediately taken to the hospital, accompanied by her son.

Lebanese woman treated in Israel (Video: Shai Kamribi)

Dr Shapira Calin, the hospital's deputy director-general, said, "the woman sustained an injury to the chest, most likely from a bullet. She was treated by MDA crew members in the field, and is now in our trauma unit. Her condition is moderate to severe; we have not yet completed all of the requisite exams to determine her exact condition."

The woman was evacuated from Maroun al-Ras, where it is unclear whether she was shot by IDF or Hizbullah forces. Dr. Naftali Hadas, who received the patient, said that she is injured in the chest and back. "She was having trouble breathing and one of her lungs wasn't working. We left Safed and drove towards her, meeting IDF forces in Avivim."

"When we got to her, we saw that her condition was severe. She wasn't breathing from one lung. We treated her on the side of the road and her condition improved. She even began talking and said that she was in pain," Hadas continued.

(07.22.06, 23:25)


ISRAEL CYBER GUERRE - Des milliers de pirates informatiques israéliens auraient attaqué les sites Internet des mouvements libanais ennemis
Par D.A.
” Des milliers de pirates informatiques israéliens ont attaqué les sites Internet du mouvement libanais du Hezbollah depuis le début du conflit armé”.

“Israël et le Hezbollah mènent une guerre informatique depuis longtemps. Chaque partie a enchaîné des victoires comme des défaites dans les combats virtuels.

Mais la guerre réelle change l’aspect de cette confrontation sur Interne. Nous développons de nouveaux mécanismes de défense contre les hackers israéliens pour protéger nos sites et garantir l’accessibilité des informations concernant notre mouvement.

Mais les attaques contre nos sites Internet se sont multipliées depuis le début de l’agression militaire israélienne contre le Liban.

Des bâtiments de guerre israéliens qui patrouillent les eaux territoriales libanaises procèdent au brouillage des récepteurs entravant l’accès du Liban à Internet”.

Sources – IsraelValley et RIA NOVOSTI

Yasser , Muslim Arab from Canada

Being of Egyptian Arab Muslim stock, it is only after my parents came to Canada that they had the peace of mind to be able to think reasonably and objectively about the middle east situation. They started to realize that Arab countries with huge land masses wanted to wrestle a tiny strip of land from the Jews. They wondered if it were really worth the blood and hatred incurred to obtain that bit of land. They decided not. Also they realized the Palestinians had no land in the first place to claim and wondered why Jordan, Saudi Arabia or their other Arab brothers would not take them in. I have found many more questionable behaviors and motives with the Arab or terrorist cause and have re-thought the situation and concluded that since the Jews had given up so much for peace and that Arafat, a fellow countryman of my parents, ashamedly never missed an opportunity to miss an opportunity for peace, that he did not really want peace until Israel belonged to he and his fellow terrorists. Yes reasonableness and the love of peace are becoming a hallmark of the Israelis. However they have been naive in the past expecting too much from a people who do not want peace and the only communication they give is from the barrel of a gun. How civilized and compassionate of your people to care for the injured Lebanese woman and other Arabs in your hospitals. Would they do the same? I think not. I do regret the loss of live of innocents in Lebanon, however they had been fairly warned for years to rid themselves of Hizbollah. Their sad condition now is a result of their non-compliance in this. I have followed stories of fellow Arabs that have seen that Israel is not the root of the problem, but is the innocent victim in the middle east. One such man is an ex terrorist Walid Shoebat who embraced Christianity and changed his views toward the Jews and instead of hating Israel, he now loves all things Jewish and Israeli. There are others who have similar experiences at:
I'm sure you will find it an interesting site. Also is another site that will encourage you. I hope your courage finds the peace it is looking for in the future.

I forgot to include this intersting and encouraging web address for you at the risk of upsetting any of my so-ca;;ed Arab brothers who post comments also. That is a risk I will take to show I believe in justice for Israel.

Toronto, Canada


La force du « faible »

Par Eytan Ellenberg

Il n’y a pas de doute : l’armée israélienne est une des meilleures armées du monde. Motivation, rigueur, précision, technologie, moralité et nationalisme sont les concepts clés d’une force militaire qui n’a que peu de comparaisons internationales.

Sans aucun doute également : le Hezbollah et le Hamas sont des organisations terroristes malfaisantes et extrêmement efficaces. Des milices sur-motivées, surentraînées, finalement surarmées pour ce type d’organisations et parfaitement informées et implantées dans leur région d’origine et disposant de soutiens régionaux et internationaux puissants (financiers, stratégiques, militaires et idéologiques).

Comme dans toute guerre, il faut un héros que le monde supportera et un ennemi maléfique que le monde abhorrera. Mais comme toute guerre moderne, et surtout au Proche-Orient, il faut un faible et un fort. Et même si ce fort a de bonnes raisons de combattre, le faible gagne à la fin – au moins médiatiquement.

Mais qui est le faible et qui est le fort dans cette crise du Moyen-Orient ?

Le Hezbollah et ses milliers de combattants prêts à donner leur vie pour refouler les Israéliens et leur donner, encore une fois, une leçon militaire après le retrait unilatéral du Liban ordonné par Ehud Barak (encore un autre Ehud…) et vécu par les miliciens chiites comme une victoire militaire (à la Pyrrhus) ?
Le Hezbollah et ses dizaines de milliers de roquettes, de moyenne et de longue portée, prêtes à toucher Tel-Aviv comme elles touchent en ce moment-même Haïfa, Safed, Tibériade ou Nazareth ?
Le Hezbollah soutenu financièrement, stratégiquement et militairement par l’Iran et la Syrie ?
Le Hamas et ses milliers d’hommes, de femmes et d’enfants prêts à se suicider pour célébrer le culte du martyr palestinien ?
Le Hamas et ses milliers de roquettes de court et moyenne portée prêtes à toucher des villes comme Ashdod ou Netanya mais qui détruisent déjà Sdérot ou Ashkelon ?
A moins que l’on y réfléchisse autrement en se demandant si le terrorisme et la guérilla urbaine ne deviendraient-ils pas les véritables forces des « anciens faibles ». Car à dire vrai, comment combattre un ennemi qui se terre parmi les populations civiles et à qui il faut que quelques minutes pour actionner son lance-roquettes pour détruire des maisons et parfois des vies chez les civils d’en face ?

La difficulté de l’armée israélienne tient précisément en sa force. Si celle-ci est déployée à 100%, le Liban ou les territoires palestiniens n’existeront plus en quelques heures. Mais le prix sera lourd, les victimes se compteront en milliers. Et cela, l’Etat d’Israël ne peut s’y résoudre. Pour des raisons morales et éthique d’abord. Pour des raisons médiatico-politiques et financières ensuite. Les militaires israéliens ont beau montré leurs muscles, les paroles s’envolent les actions restent. Pour l’instant les terroristes des environs n’ont que peu de notions sur cette force de frappe. Leur seule relation avec la force militaire israélienne se trouve dans les renseignements et les opérations commandos épisodiques.

Mais comment attaquer un ennemi qui se cache au sein de la population civile sans en atteindre précisément à cette population ? Comment séparer un combattant du Hezbollah d’un père qui protège sa famille dans un même village lorsque l’on se trouve dans un cockpit à des milliers de pieds au-dessus de la terre ?
Cette partie de cache-cache immorale jouée par les libanais du Hezbollah ou des Palestiniens du Hamas, utilisant des civils en boucliers humains, tue toute possibilité de conflit ouvert classique.
La guerre contre le terrorisme ne peut être qu’une guerre sale car un des protagonistes développe des règles de combat gravement contraires à tout code de guerre et à toute convention, qu’elle vienne de Genève ou d’ailleurs.
Demander à un Etat qui se défend du terrorisme d’éviter des pertes civiles dans le bourbier libanais ou palestinien est une aberration, pire c’est une demande expresse de ne pas s’engager dans le conflit, et donc de baisser les armes. Depuis la guerre du Liban, Israël s’est relativement engagé dans cette posture de modération militaire avec les résultats que l’on sait que nous payons aujourd’hui.

Au vu des déclarations des uns et des autres, d’un ancien avocat parachuté Premier ministre en remplacement d’un légendaire général et d’un ancien syndicaliste qui s’est propulsé lui-même général en chef d’une armée hyperpuissante, il semble bien, pourtant, que l’Etat d’Israël a décidé de démontrer à ses ennemis qu’il était encore capable de réagir militairement, que ses « capacités de dissuasion » sont toujours effectives. Encore pour combien de temps ? Et avec quelle efficacité ? Et pour quel coût ?

Le protecteur américain n’a pas encore décidé d’arrêter Tsahal dans ses actions (comme d’ailleurs de nombreux autres pays européens, dont étrangement la France en dépit de son amitié forte avec le Liban). Et cette demande d’arrêt, si elle peut parvenir dans les prochains jours ou semaines au leadership israélien, ne sera que retardée par une action militaire israélienne qui privilégierait l’ouverture de corridors humanitaires ou le lâchage continuel de prospectus à destination des populations civils afin qu’elles évacuent les zones de combat. Car le combat est juste et validé par une bonne partie de la communauté internationale (qui compte les coups de part et d’autre en spectateur peu actif).

De fait, et il faut bien le souligner, Israël bénéficie encore pour quelques jours ou semaines d’un certain « blanc-seing » des Américains et des Européens dans sa volonté de détruire le Hezbollah. A Israël de l’utiliser à bon escient.

Mais en dépit des centaines de tonnes de bombes lâchées par les avions israéliens, rien n’indique que le Hezbollah soit fini. Des experts israéliens doutent même de l’efficacité des frappes. Mais que faire d’autres ?
Envisager une opération terrestre d’envergure et craindre la perte de dizaines voire de centaines de soldats ?
Attaquer à tout crins sur tous les objectifs civils ou militaires c’est risquer la désapprobation internationale, beaucoup d’efforts pour peu de résultats tangibles. C’est surtout une solution qui n’arriverait même pas sur le bureau du Chef d’Etat-major israélien.

Il paraît plutôt raisonnable de penser que, même si cette guerre dure encore quelques semaines, Tsahal ne parviendra pas à bout du Hezbollah, comme elle n’est pas parvenue à bout du Hamas. Car le faible sait se protéger : fortement ancré dans sa population d’origine, soutenu par une idéologie puissante, protégé par l’Iran et la Syrie, et pouvant puiser allègrement dans sa population pour engager de nouveaux combattants, eux-mêmes « alimentés » par les frappes israéliennes.

Ce terrorisme arabo-islamique a quelque chose d’un cercle vicieux interminable, il ressemble à un labyrinthe dont on ne verra jamais la sortie. A moins d’une attaque massive sur l’Iran et la Syrie qui, à moins d’un renversement majeur, ne verra jamais le jour…

Quoi qu’Israël fasse dans cette guerre, le Hezbollah et le Hamas poursuivront leurs attaques sur le pays dans un court ou moyen terme. Le seul objectif envisageable et rationnel au vu des capacités des uns et des autres c’est d’aboutir, au nord, à la création d’un no man’s land ou d’une zone tampon sous contrôle israélien avec l’aide ou non de militaires de l’OTAN (je crois qu’il n’est pas nécessaire d’insister sur l’incapacité notoire de la FINUL…demandez à un casque bleu pakistanais de protéger les frontières d’Israël…) afin d’éloigner les roquettes du nord d’Israël (la question essentielle réside dans la longueur de cette zone tampon ; 25 km ? 50 km ? quand on sait que le Hezbollah dispose de roquettes pouvant parcourir 100-150 km…) et, au sud et à l’est, désarmer le maximum de Palestiniens et ériger une frontière physique pour une séparation définitive à terme entre les deux peuples.

Comme l’écrivait Balzac : « La puissance ne consiste pas à frapper fort ou souvent mais à frapper juste ».

Tsahal frappe-t-il assez juste pour que la paix vienne enfin dans cette région ?
Un dernier mot de ma part sur d’autres civils, qui n’intéressent que peu les médias internationaux, les civils Israéliens qui subissent l’attaque incessante des roquettes libanaises. Quelle différence peut-on réellement faire entre un enfant de Haïfa, de Nazareth et de Beyrouth sous les bombes ? Quelle différence peut-on réellement faire entre des parents protégeant leur famille à Tyr ou à Safed ? A quand un corridor humanitaire et une visite de Dominique de Villepin pour visiter les Français d’Israël et affirmer son amitié au gouvernement israélien « ami » ?

La force du faible c’est véritablement d’apparaître comme l’unique victime de cette guerre. le fort a toujours tort mais comme Etienne de Senancour nous l’apprenait : « Le faible est toujours faible, il ne varie que dans sa faiblesse ; mais le fort est faible quelquefois. » Une dizaine de jours après le déclenchement du conflit par l’enlèvement des deus soldats de réserve par le Hezbollah, qui est le fort, qui est le faible ?


Jenin massacre syndrome

Just like the spring of 2002, the international press prefers hype to facts

After a lot of hesitancy and a short-lived attempt to take balanced positions, the worldwide left-wing has returned in full force to the "Jenin massacre syndrome."

To remind: Many of the worlds leading journalists described the fighting in Jenin during the spring of 2002 as a cold-blooded massacre of thousands of Palestinians by the brutal IDF. TV screens around the world featured Palestinian "eyewitnesses," who gave exact details of blood-curdling actions by IDF soldiers that never happened. TV reporters reported against a background of destroyed buildings as "evidence" from the field that Israel had mercilessly flattened an entire city and the refugee camp next to it.

It took months for human rights organizations, even the United Nations, to issue their reports refuting Palestinian claims. There was no massacre in Jenin, no ethnic cleansing, no intentional destruction of hospitals. There was a bloody battle in which soldiers died on each side.

Learning the lessons

The fairytale about the "Jenin massacre" may have died, but were lessons learned? Some were. The European media, especially the electronic media, has given some expression to the suffering of Israeli civilians under attack. It has not (usually) supported Hizbullah.

But in other cases, no lessons were learned from the blood libel of the Jenin massacre. During the second week of fighting, Israel's military campaign in Lebanon is currently being portrayed as the total destruction of Lebanon, of essential civilian infrastructure, as a human tragedy on the level of the 2004 tsunami that killed hundreds of thousands of people in Southeast Asia.

Reading reports from left-leaning field reporters, one gets a picture that Beirut has been destroyed at least as badly as Dresden was during the Second World War. Foreign television channels use one section of footage over and over, showing the destruction of one neighborhood in south Beirut, to "show" what has happened throughout the city.

The most worrying thing about the current anti-Israel wave is its' global scope: Leaders and opinion makers around Latin America, for example, have denounced Israel in some of the strongest terms imaginable. The UN Human Rights Commission has joined the chorus, as have international law organizations, cinema types, even journalists.

These claims, unfortunately, rest on the arrogant statements and bragging of several Israeli politicians and generals. Threats to "bomb Lebanon fifty years backwards" – statements intended for domestic consumption, and perhaps as part of the psychological warfare against the enemy – were picked up and broadcast by the world media as proof of Israel's destructive intentions.

The facts

And where is the truth in all this? The air force's bombing of Lebanon have caused, as always happens in war, damage and destruction, but this damage has been extremely limited. Israel has not "kicked Lebanon's ass," nor is there any intention to do so. In Beirut, to date, the airport has been hit, as have several strategic targets and buildings in the Shiite Quarter. That's a far cry from the descriptions of horror being played out nightly on television screens, and of charges of war crimes.

The situation in south Lebanon is worse because of the planned civilian flight. But Hizbullah has turned the whole of south Lebanon into a war zone, by blurring the distinction between military and civilian areas. The organization also aims its rockets at Israel's civilian population. Thus, civilians were forced to flee both southern Lebanon and northern Israel.

Still, talk of a "Lebanese nakba," a humanitarian disaster that any honest person would feel revulsion about, fails to reflect reality. It is no more than horror propaganda that many prefer to believe, including many Israeli journalists. Analysts repeat the claims without verifying the facts, and preach moral lessons and philosophies based on these claims.

More than numbers

The numbers, of course, don't tell the whole story: The death of even one innocent person is a terrible tragedy, and 50,000 refugees is an appalling horror. But statistics do have a public relations value.

As of this writing, some 360 Lebanese have been killed by Israeli military action, about half of them Hizbullah fighters (as opposed to official Lebanese statistics). After two weeks of bombing, these numbers tell the story of low-level war. There is no "destruction of Lebanon," just like there was no "Jenin massacre."

In 2006, because of the mistaken approach that "the world is with us," because of the different character of the fighting and psychological and diplomatic reasons, the facts have been abandoned. This is a mistake, one that works against Israel with opinion makers around the world.

Sever Plocker


ISRAEL HIGH TECH - Alertes de missiles par SMS - CellAct, un développeur de technologie de message, a commencé à vendre un système
Par Michael Amsellem

La start-up israélienne CellAct, un développeur de technologie de message pour téléphone mobile, a commencé à vendre un système pour les Kibboutz, villes et usines pour le nord d’Israel, qui permet l’envoi de signaux d’alerte lorsqu’il y a des attaques de missiles.

Le système fonctionnera avec tous les opérateurs téléphoniques.

Le système prévient les équipes des services d’urgence ( police, pompier, ambulances et autres…) par un message texte quelque soit leur position. Le service sera facturé 0.05 euro par message.

Plusieurs collectivités ont déjà souscrit à ce service parmi lesquelles, Kibbutz Dafna, Kibbutz Rosh Hanikra.

Le directeur des ventes et du marketing Gal Biran dit : “Suite aux attaques, Cellact a pris la décision de renforcer sa technologie au service des résidents et aux sociétés dans le nord. L’utilisation de la technologie SMS requiert deux éléments importants en cas d’alerte. L’envoi à temps et la distribution des messages, et un haut de degrés de fiabilité, même si l’attaque survient durant un traffic lourd ou lors d’un niveau faible de réception. Le système fournit aussi des informations, comme les horaires d’ouverture de certaines banques, ou autres annonces publiques, qui ne seraient pas disponibles dans les tableaux de bord, du fait du confinement des populations dans les abris”

Nous avons ici l’illustration de la capacité d’Israël à s’adapter aux situations difficiles, notamment avec le levier technologique.-

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.


  • Add to Netvibes


    This is a Flickr badge showing public photos from Danielle Attias. Make your own badge here.


Une "valeur" de Webmedia

Creative Commons